21 novembre 2010

D'humeur...

A être transportée...

21 octobre 2010

Mâtin Plaisir.

Il est 6h du matin, nue dans mon lit, je gesticule... Je me tourne et retourne... Quelque chose ne semble pas aller... Cette chaleur au bas du ventre, ce palpitant entre mes jambes, mes seins qui se dressent, cette envie. Je bande.

Tel un homme, j'ai ma gaule du matin. Une folle envie d'être prise là , maintenant. Une envie forte, si forte qu'elle en devient douloureuse, je croise mes jambes... Presse ma fleur, mais cette envie persiste. Elle est là, bien là... Et je comprends fort bien que seul le sexe mâle la contenterai.

Je pense à James. Je voudrais qu'il soit là, qu'il me baise, qu'il m'ôte cette douleur...

Cette chaleur, cette envie, ne me quitte pas... Je me lève et me dirige vers la salle de bain... J'aimerais rafraichir ma chatte, la rafraîchir pour espérer une débandaison. Jambes écartées, le flot d'eau qui s'écoule de ma poire chatouille mon clitoris... Oh! Que c'est bon... Si bon que je rêve d'être pénétrée... Je plaque la poire entres lèvres de mon sexe... Doucement, tout doucement, je me caresse... Je vais et je viens... Plaisir intense.

Je n'en peux plus... Je vais rompre le pacte... Une heure, juste une petite heure.

"Nue sous ma couette, je bande... Viens. La clef est sous le paillasson."

Les doigts dans ma chatte, je ne cesse de caresser ce bouton qui ne cesse de s'amplifier...Un plaisir sans fin.

7h00...Une clef dans la serrure... Je m'enflamme... Je ne veux le voir... Juste sentir, le sentir là tout près... Là en moi.

La porte s'ouvre... Un corps se glisse sous mes draps, sous mes jambes, ces mains empoignent mes fesses, portent mes fesses et ramène ma chatte à sa bouche... Sa langue va et vient... Elle me lèche, me suce, me pénètre... Je m'agrippe à mes draps... C'est si bon...

Il remonte... Baise mon ventre, me retourne et me plaque ventre contre lit... Se glisse à mon dos... Je sens sa bite contre mes fesses, je me cambre... Il s'enfonce. Une main agrippe mon sein, l'autre s'accroche à mes reins. Son souffle dans mon cou... Gémissement à mon oreille... Je me déhanche sur son sexe raide... Par devant ma main maintient et caresse ce sexe qui va et vient en moi... Plaisir intense, je jouis... Gémissements... Il jouit.

Des baisers à mon cou. Un retrait... Sans un mot, il s'éclipse. Je me rendors.

8h... Repue, je me tourne et retourne dans mon lit, une main sur son oreiller, j'aimerais sentir son odeur. Un petit mot ...

"Doux baiser. Jane."

Jane ? Comment ça Jane? Je me jette sur mon téléphone, pourquoi Jane?

Sous mes yeux, l'objet de mon plaisir... Jane a reçu mon texto.


Ce matin, une femme m'a baisée.

13 octobre 2010

Coming Out ...(2)

Comment vous dire...
J'aimerais vous prendre.

8 octobre 2010

Je Veux Tout...


Je veux tout...
Toi et les autres aussi...
Je veux voler sans me faire attraper...
Je veux tout...
L’anarchie et la sagesse.
Ton sourire et puis tes fesses...

6 octobre 2010

D'humeur...

A s'enivrer...

30 septembre 2010

Il était mien...

Entièrement nue j'étais face lui... Regard et sourire timide, je le découvrais pour la première fois. 

Nous avions pourtant passé tant de nuits ensembles... Certains soirs, il s'invitait chez moi sans prévenir, je l'apercevais au moment de fermer mes fenêtres. Silencieux, il attendait que je l'invite à entrer. D'autres fois, c'était moi qui anticipais  notre désir...  Je lui susurrais des mots crus tout le long de la journée, puis je lui glissais un mot pour m'inviter chez lui.

Et nous faisions l'amour, nous baisions...

Je connaissais chaque parcelle de son corps... Je connaissais son souffle... Je connaissais ces plaisirs, ces plaisirs qui était mien... Ces plaisirs interdits que l'on aborde peu souvent...

Je lui avais sans cesse dit combien son sexe me rendait folle... Combien j'aimais toutes les ridules que je percevais, combien  j'aimais qu'elle me pénètre.

Je lui avais dit combien j'aimais passer ma langue sur son scrotum et me perdre entre ses fesses, je lui avais dit combien j'aimais y glisser un doigt... Combien j'aimais ce 69 indécent que nous aimions partager. Je lui avais dit combien j'aimais voir aller et venir sa main sur sa bite... Je me régalais à recevoir le fruit de son plaisir sur ma langue. Il se ravissait à lire ma satisfaction dans mon regard.

J'étais à lui... Catin, salope... Gourmande.

J'étais là face à lui... Il ne s'approchait guère, il m'avait prévenu... Je ne le toucherais pas immédiatement, il me fallait contenir mon désir... Le laisser grandir en moi. Il me fallait prendre le temps de croiser son regard, de me laisser séduire par son sourire, de m'éblouir par sa bite... Ce fut impossible... Mon souffle augmentait  au rythme des palpitements de mon clitoris, la petite fraise gonflait à vive à l'allure... Si fort que j'allais m'effondrer... Il fallait qu'il le fasse. 

Il s'approcha, m'embrassa, me porta pour me plaquer contre mur et me pénétra... Une pénétration délicate , difficile, douloureuse et profonde... Sans va et vient. Il était fixe en moi, ses fesses  serrées majoraient la pression, tant dis que ma chatte comprimait sa queue. Que de doux baisers... Des tendres baisers. Nous venions de nous dire bonjour... De faire connaissance... De passer du virtuel à la réalité.

Cette bite tant fantasmée était en moi.



28 septembre 2010

La Salle de Lecture.

Il y a des lieux qui vous désarme, vous envoûte, vous séduit...

J'aime l'érotisme des bibliothèques...

Dans ce cadre où semble régner le silence, où chaque personne semble faire corps avec un livre mon âme s'égare, ce silence éveille mes sens... Je rêve à chacune des minutes qui passent de remplir la pièce par mes gémissements, par mes soupirs... Je rêve de faire craquer le bois à coup de déhanchés... Je rêve de me laisser aller sous le regard étonné, médusé et gourmand des lecteurs.

Mais surtout je me demande ce que cet homme au look improbable.. Cet homme à la mèche rebelle, au regard absent... Cet homme qui semble être tombé de son lit serait à même de me faire vivre... Je me demande s'il prendrait le temps de me faire l'amour où s'il s'empresserait de me baiser? Glissera t-il un doigt entre mes cuisses afin titiller ma chatte ou préférera t-il en mesurer la profondeur? Sera t-il hésitant ou me surprendra t-il? Serais-je sa courtisane des siècles derniers ou sa salope des temps nouveaux? Me susurra t-il des cochonneries ou me lira t-il ses derniers vers? M'imposera t-il de le sucer ou se délectera t-il entre mes jambes? Je me demande si cet homme sous son air insipide et réservé ne serait pas un redoutable amant..!

-...Oui?

Me dit-il... Oui parce que je ne l'avais quitté des yeux...

- Heuuu... Je me demandais si vous vouliez prendre un café?

Il en faillit perdre son stylo... Mais que pouvais-je dire d'autres...? Puis le sourire aux lèvres...

- heuu... Oui... Pourquoi pas?! Que devrais-je faire pour vous en remercier*?

- Me baiser.









*Il avait su poser la bonne question!

23 septembre 2010

D'humeur...

...

17 septembre 2010

Raphaël.



"Raphaël... A l'air d'un sage et ses paroles sont de velours,
de sa voix grave et de son regard sans détours,

quand il raconte, quand il invente,

je peux l'écouter nuit et jour..."






Ps:
Soyez gentil cher Maître... Préservez mon petit cœur...

3 septembre 2010

Question Existentielle...(5)!

Quelquefois les choses vont si vite autour de moi que je peine à saisir...

Ce qui m'échappe aujourd'hui c'est la différence énorme entre les films pornographiques d'aujourd'hui et ceux du temps de Brigitte.

Du temps de Brigitte les films culs avaient de vrai scénario... Sous le fond d'une enquête, d'une course poursuite ou de je ne sais quoi (et qui à la limite n'intéressait personne.) les scènes de cul avait un autre goût... Leur attente devenait délicieuse.

On pouvait ainsi assister à des scènes où une jeune et jolie femme passait tour à tour des bras des méchants à ceux de son bien aimé...

Au final la brute devenait tout aussi excitant que le bon... Voir un chouilla meilleur... Oh! Oui, avec lui c'était de la pure baise. Il y allait encore et encore... Claquant les fesses, arrachant la culotte, tirant les cheveux... Exigeant que la jeune femme prenne du plaisir "Allez salope... Dis le que tu aimes...!" Et apparemment elle finissait par prendre du plaisir. Si bien que lorsqu'elle prenait la brute dans sa bouche, elle ne pouvait s'empêcher de glisser un doigt dans sa chatte.

Le bon, lui donnait du plaisir, il savait faire... Il était tendre et aimant... Lorsque sa bouche rencontrait la chatte de sa belle perdue dans le trop plein de poils, il y allait avec gourmandise... De temps en temps on pouvait le voir retirer un poil de sa bouche... Tout cela semblait si vrai...

D'ailleurs les hommes avaient l'allure de monsieur tout le monde. Le plombier avait la tête d'un plombier, le jardinier celui d'un jardinier (et non pas du dernier top modèle d'un magazine)... Du coup, tous les hommes quel qu'il soit avaient un vrai potentiel séduction... Du sex-appeal.

Aujourd'hui... Heuu... Aujourd'hui....

J'ai bien de mal à comprendre pourquoi la jeune femme est déjà toute nue lorsque le plombier sonne??? Et surtout pourquoi à son tour il entre queue bandante à la main?

Qu'ai-je loupé??



30 août 2010

Nos nuits...


"Pour être hanté, nul besoin de chambre, nul besoin de maison, le cerveau regorge de corridors plus tortueux les uns que les autres..." Emily Dickinson.



Chaque soir il s'invite dans son lit... Chaque soir, il instaure son rituel, il impose ses désirs... Il lui fait découvrir le frissons de ces baisers, les caresses de ses mains...

Chaque soir nue dans ces draps, elle espère qu'il la rejoigne... Lentement, très lentement lorsqu'il ose... Il pose ses lèvres sur ce corps nu et le parcourt...

Il baise sa nuque, ses épaules, le creux de ses reins puis passe sa langue sur ces fesses... A mesure de ses caresses, un souffle chaud se répand sur son corps, un souffle chaud qui remplit son sexe... Elle se cambre, écarte ses jambes puis décolle son corps du lit pour lui offrir sa chatte... Lorsqu'il y arrive, sa bouche frôle son clitoris, il hume ses profondeurs... Il aime cette odeur humide de désir imminent, il aime être si proche et lui refuser la caresse attendue... Du mieux qu'elle peut elle tente de rapprocher ses lèvres intimes des lèvres de son homme, mais seul le souffle chaud et grandissant de son homme persiste, il parcourt déjà ses jambes... Sa croupe reste offerte... Elle aurait aimé être prise, elle aurait aimé sentir ses mains sur reins, sentir l'enfouissement de sa queue dans sa chatte... Être prisonnière de ses coups de reins, mais il a décidé autrement... Avec sa langue il passe entre ses lèvres, remonte entre ses fesses, longe son dos, et face à elle il lui offre sa queue... Qu'elle lèche, suce, contourne, avale, caresse... De ces allées et venues... Il se raidit encore et encore, si fort qu'il daigne la pénétrer de ses doigts... Il va vite, fort... Elle remplit très vite sa main.

Ce soir encore il ne la baisera pas, seuls ses doigts la mèneront au plaisir avant qu'il ne remplisse à son tour sa bouche...

Ce soir encore, il hantera ses nuits sans qu'elle ne perçoive ses traits.

27 août 2010

Ma bulle


La veille de rentrer sur Paris, je me suis offerte quelques heures rien qu'à moi... Je suis allé voir "Mange, prie, aime*" (Eat, pray, love), avec Julia Roberts dans le rôle de Liz. J'en suis sortie toute étourdie... Le genre de film où vous semblez entrevoir une part de vous... Et d'un autre côté vous vous rationalisez en vous disant que "l'instabilité" est un sentiment qui nous fait tous peur...

Seulement lorsque votre téléphone vibre et que vous souriez, satisfaite de vous face à certains mails... Là, vous vous dites... Et si j'étais dans ma bulle? Une bulle où le virtuel semble vous apporter un semblant de stabilité et d'équilibre... Une bulle que vous remplissez à coup de fantasmes, fantasmes que vous semblez ne jamais pouvoir ou vouloir satisfaire... Une bulle où par excès de protection vous ne prenez que ce que voulez au risque de paraître narcissique (?), égoïste (?) voire stupide (?)... Vite lorsque le trop plein de pensées vous obsède au risque de briser votre bulle, vous esquivez la question... Vous refusez d'y réfléchir plus.

Cette nuit, le décalage horaire aidant, je n'ai dormi, telle une ombre j'ai flâné sur différents blogs...

Je me suis arrêtée plusieurs heures sur cette phrase

"L'aventurisme sexuel m'a fait vivre quelques uns des plus beaux moments de ma vie. Mais il a perdu peu à peu de sa saveur. Il va me falloir vite trouver une drogue de substitution. Sous peine de replonger vers le néant." Lu ici ...

Puis je suis restée songeuse à mon tour face à ce billet et deux de ces commentaires

photaphil a dit…

la tendresse suppose que l'on s'engage, que l'on s'investisse, et que donc on accepte d'y laisser des plumes!
voilà pourquoi je pense tant de gens refusent la tendresse, simple peur de souffrir...

Comme une image a dit…

Pour moi, Photaphil, la tendresse est le fruit naturel de l'attrait « intellectuel » et du désir « sensoriel » que l'on éprouve pour son/sa partenaire. Autrement dit, si on s'envoie en l'air avec le premier venu, c'est sans doute difficile d'être tendre, mais si l'on met un minimum d'exigence, sans pour autant s'engager dans la durée, non, s'engager seulement dans la sincérité du désir, la tendresse devrait être au rendez-vous.


Pour enfin buter sur cette autre phrase....

"Le bonheur, c'est l'attendre alors qu'elle ne reviendra pas." MD

Il est 7h... Et les mots se mêlent dans ma tête... Le néant, la tendresse... Le bonheur.




Ma certitude est d'avoir apprécié lire tous ces billets... Et mon doute est de ne vouloir sortir de ma bulle...










* A l'affiche le 22 septembre.

Désir quand tu nous prends...

Réédition... Il y a 1 an déjà! Et Aucun homme au crâne lisse...

Alors que nous n'étions que de jeunes adolescentes, une de mes amies avait pour petit ami un homme d'un certain âge, ce qui en soi n'était pas plus dérangeant, mon étonnement était de le savoir chauve... Je n'en voyais pas le charme sinon que l'affirmation de son grand âge. Elle n'avait de cesse pour me persuader de son potentiel séduction à me répéter son plaisir à caresser ce crâne lisse...

Des années plus tard j'ai rencontré Charlie...Bien que la fiction veuille qu'il ne soit pas bon amant voire maladroit...Son appétit sexuel m'a désarmé!

Depuis Je me vois hanté par un fantasme récurrent... Persistant... J'ai envie d'un homme au crâne lisse.

Je l'imagine entre mes jambes, les lèvres posées sur ma chatte à la voute rasée... Jouant avec sa langue autour de ma vulve...Mes mains caressants sa tête lisse.

Je l'imagine avec de belles grandes mains posées sur mes fesses.
Je l'imagine insatiable et raffolant du cunnilingus.
Je l'imagine murmurant son plaisir.
Je l'imagine pénétrant.

L'idée de toutes ces douceurs associées mettent mon corps en émoi, gonflent mon clitoris, mouillent mon entrejambe et dressent mes seins dès que je croise un homme à la tête lisse.

Ce désir me désarme.

30 juillet 2010

Enfin...

Enfin... Seins nus sur la plage!
Juste le temps de tout retirer...

Je vous souhaite de bonnes vacances.

28 juillet 2010

Offerte

Aujourd'hui est un jour d'anniversaire... Pas le mien (le mien c'est le mois prochain), pas un chéri... Non. C'est celui d'une personne qui m'est proche. Le plus difficile étant de trouver le petit détail qui fait super plaisir... Aussi on y réfléchissant, mon esprit c'est égaré...


"Et si j'étais un cadeau*!", pas m'auto-offrir non, celui-là on le fait bien souvent lorsqu'on a complètement zappé l'évènement! Et oui, ça n'arrive pas qu'aux hommes! veut sublimer l'amant. Non, si une autre personne m'offrait à un parfait inconnu... Situation assez extravagante.

Et pourtant, ce n'était pas pour un anniversaire (pas que je sache), lorsqu'une collègue -"copine" m'a demandé (entre deux tartines...) si ça me "tenterait" de faire l'amour à son homme. C'est dans un fou rire cachant ma surprise et masquant ma curiosité que je lui dis:

- Pourquoi, il a des envies exotiques?? Il aimerait savoir comment c'est de culbuter une noire? Oh, tu sais ce n'est pas si différent que ça!...

Évidemment, je faisais les questions et réponses pour éviter qu'elle n'insiste et que je me laisse surprendre par ma propre réponse "Si tu le souhaites... Avec plaisir! Demain, 20h!"...

Certes je ne le connaissais pas de vis us, mais elle m'avait longuement parlé de lui... "Mon chéri n'a pas cette beauté évidente (1), mais il a ce petit quelque chose qu'il le rend complètement craquant!" s'en est suivi tous les petits détails qui titillent la libido... Il était de ceux qui aiment les femmes et qui prennent le temps de faire l'amour (²). Il était dans le genre bavard hum... Je le savais donc bon amant...

Avec le recul je me demande si toutes ces confidences étaient innocentes...

Bien entendu, elle s'empressa de me dire qu'il n'y avait aucune curiosité malsaine, juste qu'ils avaient une conception autre du couple... Elle ne croyait pas en la fidélité éternelle, et qu'elle pensait qu'il était préférable qu'elle ait la main mise sur ses rencontres lui présente une femme pour une nuit. Point.

-"Une femme, "UNE" nuit. Et stop?"
- Oui... Oui juste une fois.
- Ouille, pour te répondre franchement... Je suis bien plus tortueuse que ça... Si tu m'autorises...
Je ferais de lui mon amant... Et ça ne sera pas, une fois, pas deux, pas trois... Mais autant de fois que j'en aurais envie... Que j'aurais envie d'explorer un fantasme, une envie... De découvrir un lieu... Toutes les fois où je m'ennuierais, que je déprimerais... Le genre de situation dont tu ne soupçonnes pas la perversion...
- Ah! Parce que tu n'as jamais couché pour une nuit?
- Non...
- Même si ce n'était pas bon...
- Non... Raison de plus...Non, mais oh! on ne va pas le condamner aussi rapidement!
- C'est embêtant...
- Réfléchis et dis moi... J'avoue qu'avec tout ce que tu m'as dis de lui... Je suis curieuse de le rencontrer...

Éclat de rire... Fin de la discussion.

Aussi étonnant que cela me paraissait, c'est moi qui la relança...


- Alors Samuel... Tu me le présentes quand?
- Jamais! ça ne sera pas avec toi...

- Non! C'est une blague?!

- Non... Définitivement pas toi... Je lui présenterai une autre copine...
- Non mais... Réalises-tu que c'est un peu vexant pour moi?!
- Bon, Vellini... Samuel et toi vous allez arrêter de m'agacer avec ça! ça suffit maintenant!!
- Comment ça Samuel et moi?? Parce que...
- Oui, je lui en ai parlé et il veut absolument que je vous présente...
- Tu lui as dit que je ferais de lui "mon instrument de plaisir??"
- Oui...

- Rhooo... La connerrriiieeee! Pourquoi tu lui as dit ça?!
- Parce qu'on se dit tout...!

- Oh! L'horreur...! Mais c'était plus pour t'en dissuader...

- Ok... C'est fini, on oublie... Et tu arrêtes de rire, il n'y a rien de drôle!


Voilà comment j'ai massacré l'occasion de rencontrer Samuel... Et surtout l'occasion d'oser hurler...


"Bande d'hypocrite... Qui n'a jamais été offerte?!"






*
Actualité aidante!
1: Phrase reformulée...

2:
Prendre le temps sans être dans l'excès non plus, après ça m'écœure lorsque ça devient très très très très long... C'est comme déguster un bon plat et n'en voir jamais la fin...

24 juillet 2010

Vas-y mon loup, fais-moi mal...


J'étais captivée par une de ses peintures... Une femme nue. Je ne sais ce que je recherchais dans ce tableau est-il que j'étais là fixe, immobile...

Puis je le sentis derrière moi, très proche...

Instinctivement je penchais ma tête, mon cou lui était offert... Il s'approcha, ses mains sur ma taille, sa tête au dessus de mon épaule... Un murmure... Un baiser. Je bandais. Mes seins se dressaient.

Sans un mot, ses mains glissèrent sous ma robe, il caressa mes cuisses et appuya sur mon sexe. J'avais envie de lui...

Lorsque je me retourna et que nos lèvres fusionnèrent, très vite il dégagea la table sur laquelle reposait tout son matériel de peinture... Il me posa, m'allongea et me pénétra...

Maintenant mes jambes en l'air, pantalon et caleçon au raz de ses chevilles , chemise ouverte... Il me prit de toute ses forces.

Mes fesses vibraient sur ses coups de reins rapides et profonds... Sa bite sortait et entrait dans mon sexe si vite que mon clitoris en devint électrisé et ma chatte goulue... Je découvrais un plaisir mixte, un plaisir à la fois clitoridien et vaginal... C'était bon.... Si bon que je lui dis...


Fais-moi mal... Fais-moi mal...!


Je me relevais pour l'embrasser à nouveau, il jouait avec mes lèvres, les mordillant par moment, les baisant, flirtant, s'échappant... Jeu excitant.

J'aime t'entendre...te sentir fragile, gourmande... Tu m'es désirable... Susurrait-il à mon oreille.

Je plongeais mon regard dans le sien, puis délicatement mes yeux se refermèrent... Je continuais à frissonner dans ses bras...

Il me retourna, mes seins plaqués sur la table, il me prit en levrette, tirant sur mes mèches, une main sur hanches, il pilonna ma mouille...

Je jouis.




17 juillet 2010

D'humeur...

A ne pas faire grand chose!

13 juillet 2010

Mirage

C'est effrayée que je me suis tirée de mon sommeil... J'ai enfin (?) perçu le visage de l'homme qui hante mes nuits depuis plusieurs mois. Je me suis relevée en criant "Oh! Non!". Paniquée, oui fort paniquée*.

Aussi lorsque je l'ai croisé ce matin j'étais toute confuse... Forcément nous venions de baiser ensemble.

Il faut croire que c'est un bon amant.

J'aurais voulu lui dire... "J'ai énormément apprécié ces petites caresses dans mon cou et vos mains dans les miennes..." il m'aurait peut-être pris pour une folle ou m'aurait-il surpris en me demandant....

"Nous étions nus?"
.









*J'aurais dû refuser de le chevaucher!

7 juillet 2010

Infidèle


Ce soir un autre homme m'a donné du plaisir et j'ai aimé.

J'étais assise sur les strapontins d'une rame de métro, comme à mes habitudes très occupée à rechercher Dieu sait quoi sur mon téléphone portable, puis mon regard s'est arrêté net sur ses mains, de belles mains. Il les croisait, les décroisait et plus ça allait, plus je sentais naître en moi une chaleur. Mes jambes s'entrecroisèrent, je sentis mon petit bouton rouge clignoter, gonfler. Mon imaginaire prit le pas.

Ses mains se sont d'abord posées sur mes jambes pour disparaitre entre mes cuisses, découvrant un sexe humide, un clitoris bandant. Elles se sont ensuite frayées un chemin entre mes lèvres pour se perdre dans mes profondeurs. Hum un doigt, rien qu'un seul ... hum ... C'est bon, dur et doux à la fois.

Je n'ai pas joui, j'ai refusé de jouir. J'ai préféré continuer à frissonner.

Merci à vous, bel inconnu, merci de vous êtes évadé avec moi, merci de m'avoir permis d'abuser de vous sans que vous ne l'ayez soupçonné, ou simplement pris le temps de poser un regard sur moi, perdu à votre tour dans vos pensées.


2 juillet 2010

D'humeur...

...

26 juin 2010

D'Humeur...

A dîner...

C'est mon cavalier-ami qui va être surpris!
*




* Sauf, si je quitte la pierre de lune qui pointe à mon doigt!

Hier, j'étais à fleur de peau... La pleine lune!

25 juin 2010

Comme une envie...


Ce matin, je me suis levé avec une folle envie de faire l'amour... Alors que je gesticulais dans mon lit, je réalisais que cette envie matinale était liée à un petit rêve érotique me semble t-il que je venais de faire... J'étais entrain de profiter d'un merveilleux cunnilingus... De lui, je n'ai perçu que les sensations de sa langue, les caresses de ses mains... Le souffle chaud de son plaisir.

C'était si bon, si doux, si simple... Que tout comme cet homme*, je pense que les choses auraient été plus simple si je pouvais au gré de mes envies lui adresser un mail...

"Dans 2h, hôtel rotary, chambre 5..."

Il arriverait, me baiserait... Et s'en irait.

Oui... En toute simplicité. Sans m'épuiser à feindre une séduction, car dans le fond je n'en veux qu'à sa bite... A ses mains et surtout à sa langue.

Oui... Je pourrais également me rhabiller, baiser ses lèvres et lui glisser quelques billets.


Oui, je pense qu'aujourd'hui, j'ai envie qu'il soit mon putain.



*"Je rêve d’un monde où le sexe est à portée de main." Lecaliste


20 juin 2010

Viva l'été...

Si, si... Même si le ciel semble nous dire le contraire... Aujourd'hui c'est l'été...



Incroyable! Il faut qu'ils m'expliquent comment à plus de dix milles ils ont réussi à faire ça!

Très bonne fête de la musique!

13 juin 2010

Sexe Fort

J'aime le sexe fort, le sexe brut, le sexe sauvage... Et tendre.

Le côté tendre c'est moi qui le lui offre... Lorsque je le séduit pour l'amener sous mes draps... Lorsque je pense prendre le dessus et que je le baise... Lorsque je le prends dans ma bouche et que je le fais grandir... Je le désire tellement que j'aime lui faire l'amour, j'aime faire durer son plaisir... J'aime l'entendre venir à petit pas...

Lui.... C'est ma brute... Je le désire autant que je le déteste.

J'aime jouir de colère dans ces bras. Ce plaisir est intense... Indéfectible. Car je lutte entre l'envie irrépressible de me laisser aller et celui de me retenir...

Lui... C'est ma brute... Il bande quand je lui dis non. Il bande quand je tente de me retenir... Et lorsqu'enfin il me saisit... Il me baise fort, il me baise d'impatience, il me baise de rage... Je le sens au plus profond de moi... Ses coups de reins font vibrer mon corps... Ses fessées accompagnent ses prises en levrette... Mes cris remplissent la pièce tandis qu' il ne cesse de me répéter "plus fort... Hurle... Je veux t'entendre...". Corps ruisselant, il pilonne de plus en plus fort ma chatte... De plus en plus vite...

Lutte infernale...Une lutte entre l'envie de céder et celui de le faire perdurer... Cette lutte devient plaisir... Un plaisir qui au final m'emporte... Je jouis. Le visage de ma brute s'illumine... J'ai baissé mes gardes... A son tour il atteindra l'orgasme surexcité par mes convulsions.

Ainsi il met fin à notre danse masochiste.




11 juin 2010

D'humeur...

À s'effeuiller...



Pour ne voir que les bons côtés!





1 juin 2010

Sex and the city 2

Je ne connaissais que très peu la série, je suis une vraie fan de Californication... Mais comme beaucoup je me suis ruée au cinéma lors du premier volet du film... Pour le second volet, j'ai opté pour une avant-première... Je passe les détails d'une salle bandée de jeunes femmes en effervescence!

Kim Catral reste encore une fois mon petit coup de cœur, son appé*** sexuel est à mourir de rire...!

Lors de la dernière scène avec cet homme (dont l'entrée fracassante affola toutes ces dames), je perçu des étincelles dans le regard de mon cavalier... A moins que ce ne fut le reflet de mon regard sur lui...


Bienvenue à Abou Dabi...!



Pas simple de faire une critique dans un film où beaucoup de clichés se mêlent... De Plus... Chut... C'est à voir!







27 mai 2010

Salle de Lecture

Il y a des lieux qui vous désarme, vous envoûte, vous séduit...

J'aime l'érotisme des bibliothèques...

Dans ce cadre où semble régner le silence, où chaque personne semble faire corps avec un livre mon âme s'égare, ce silence éveille mes sens... Je rêve à chacune des minutes qui passent de remplir la pièce par mes gémissements, par mes soupirs... Je rêve de faire craquer le bois à coup de déhanchés... Je rêve de me laisser aller sous le regard étonné, médusé et gourmand des lecteurs.

Mais surtout je me demande ce que cet homme au look improbable.. Cet homme à la mèche rebelle, au regard absent... Cet homme qui semble être tombé de son lit serait à même de me faire vivre... Je me demande s'il prendrait le temps de me faire l'amour où s'il s'empresserait de me baiser? Glissera t-il un doigt entre mes cuisses afin titiller ma chatte ou préférera t-il en mesurer la profondeur? Sera t-il hésitant ou me surprendra t-il? Serais-je sa courtisane des siècles derniers ou sa salope des temps nouveaux? Me susurra t-il des cochonneries ou me lira t-il ses derniers vers? M'imposera t-il de le sucer ou se délectera t-il entre mes jambes? Je me demande si cet homme sous son air insipide et réservé ne serait pas un redoutable amant..!

-...Oui?

Me dit-il... Oui parce que je ne l'avais quitté des yeux...

- Heuuu... Je me demandais si vous vouliez prendre un café?

Il en faillit perdre son stylo... Mais que pouvais-je dire d'autres...? Puis le sourire aux lèvres...

- heuu... Oui... Pourquoi pas?! Que devrais-je faire pour vous en remercier*?

- Me baiser.











*Il avait su poser la bonne question!

24 mai 2010

Les plaisirs

De tous vos plaisirs, quel est le plaisir qui vous fait littéralement chavirer?

Ce n'est plus un secret... La fellation est le plaisir qui me fait le plus chavirer... Mon plaisir n'est pas seulement altruiste, j'aime ce geste, il réveille tous mes sens et j'en tire un plaisir bien réel qui seul peut m'amener à l'orgasme... Sans doute parce que je suis assez cérébrale. J'aime le corps de l'homme... Alors tout ce qui tourne autour de ce geste m'enivre, me remplit... Je suis très sensible à tous les mouvements presque imperceptible que fait un phallus dans une bouche. Je pourrais les décrire au détails près... Des pulsations à la jouissance. Le plaisir que je prends lorsque mes lèvres se posent sur une bite est assez similaire au plaisir des premiers instants d'une pénétration. J'aime sentir le membre grandir dans ma bouche...

Le plaisir qui vous fait le plus hésiter?

Le cunnilingus. Oui curieusement... C'est un plaisir qui me fait bondir et qui paradoxalement m'angoisse... Je n'offre pas facilement mon entrejambe au bon vouloir d'une langue. J'aime un cunnilingus bien particulier. Une langue qui trifouille ma chatte dans tous les sens ôte mon désir. Ainsi il arrive que je refuse ce bel acte sans pour autant le regretter. J'aime les hommes qui prennent plaisir au geste, j'aime qu'ils hument, qu'il embrassent... Qu'ils parcourent. De la même manière que j'aime la fellation, j'aime lorsque le plaisir du cunnilingus est viscéral chez l'homme.

Le plaisir attendu?

Le glissement d'un doigt dans ma chatte... Un seul doigt, plus c'est légèrement douloureux... C'est psychologique. J'aime également la prise en main, lorsque la voûte de mon sexe est recouverte d'une main. Un geste qui me donne le sentiment de ne plus m'appartenir... Être possédé par l'autre.

Le plaisir le plus délicieux de vos lieux interdits ?

L'aire de repos d'une autoroute... C'était renversant.

Le plaisir que vous vous refusez?

Pour avoir essayé et n'avoir réussi. Je me refuse tous plaisirs solitaires avec un dérivé de phallus. Les sex-toys ne sont vraiment pas pour moi...

Le plaisir fantasmé?

Un trio avec deux hommes bisexuels... Je pourrais tout aussi simplement les regarder.

Le Plaisir inconnu?

Faire l'amour à un parfait inconnu en total aveugle. Audacieux et excitant.






17 mai 2010

Nos nuits...


"Pour être hanté, nul besoin de chambre, nul besoin de maison, le cerveau regorge de corridors plus tortueux les uns que les autres..." Emily Dickinson.



Chaque soir il s'invite dans son lit... Chaque soir, il instaure son rituel, il impose ses désirs... Il lui fait découvrir le frissons de ces baisers, les caresses de ses mains...

Chaque soir nue dans ces draps, elle espère qu'il la rejoigne... Lentement, très lentement lorsqu'il ose... Il pose ses lèvres sur ce corps nu et le parcourt...

Il baise sa nuque, ses épaules, le creux de ses reins puis passe sa langue sur ces fesses... A mesure de ses caresses, un souffle chaud se répand sur son corps, un souffle chaud qui remplit son sexe... Elle se cambre, écarte ses jambes puis décolle son corps du lit pour lui offrir sa chatte... Lorsqu'il y arrive, sa bouche frôle son clitoris, il hume ses profondeurs... Il aime cette odeur humide de désir imminent, il aime être si proche et lui refuser la caresse attendue... Du mieux qu'elle peut elle tente de rapprocher ses lèvres intimes des lèvres de son homme, mais seul le souffle chaud et grandissant de son homme persiste, il parcourt déjà ses jambes... Sa croupe reste offerte... Elle aurait aimé être prise, elle aurait aimé sentir ses mains sur reins, sentir l'enfouissement de sa queue dans sa chatte... Être prisonnière de ses coups de reins, mais il a décidé autrement... Avec sa langue il passe entre ses lèvres, remonte entre ses fesses, longe son dos, et face à elle il lui offre sa queue... Qu'elle lèche, suce, contourne, avale, caresse... De ces allées et venues... Il se raidit encore et encore, si fort qu'il daigne la pénétrer de ses doigts... Il va vite, fort... Elle remplit très vite sa main.

Ce soir encore il ne la baisera pas, seuls ses doigts la mèneront au plaisir avant qu'il ne remplisse à son tour sa bouche...

Ce soir encore, il hantera ses nuits sans qu'elle ne perçoive ses traits.

7 mai 2010

D'humeur...


Déshabillez-moi...

Oui, mais pas tout de suite, pas trop vite
Sachez me convoiter, me désirer, me captiver

D'abord, le regard
Tout le temps du prélude
Ne doit pas être rude, ni hagard
Dévorez-moi des yeux
Mais avec retenue
Pour que je m'habitue, peu à peu...

Sachez m'hypnotiser, m'envelopper, me capturer

Déshabillez-moi...
Et vous... déshabillez-vous!

3 mai 2010

Rouge...


"Non, non... On ne peut pas... Pas ici...
"

Non, ma raison semblait hurler à mon oreille que ce n'était possible, nous ne pouvions le faire là... Non, c'est interdit... Et pourtant à mesure que je répétais cette phrase, nos baisers devenaient de plus en plus langoureux, ses mains remontaient mes jambes, agrippaient mes fesses... Mon corps aimanté se rapprochait dangereusement du sien...

"Non, non , on ne peut pas..."

Non! Ma raison me hurlait cette fois-ci que j'étais entrain de faire une énorme bêtise... Je l'entendais crier, crier si fort que mes sens s'inversaient... Plus elle hurlait, plus mon désir grandissait... Mes mains hypnotisées par son souffle chaud à mon cou, dégrafaient son pantalon... Je voulais le sentir... Mes fesses décollaient de ce canapé rouge sans peine, comme si je me suspendais dans l'espace... A genoux face à moi... Sa queue n'eut de peine à me pénétrer.

"Noooooooon!"

Ma raison venait de rendre l'âme... Mon désir était à son summum... Ce duel entre cette raison et ce désir majorait mon plaisir. J'ai tant de fois baisé avec lui, tant de fois j'ai joui comme une première fois, tant fois j'ai senti mon corps tout entier frissonner sous ses caresses... Tant de fois mon cœur s'est emballé... Mais cet après-midi, le plaisir que j'eus m'était totalement inconnu... Un de ces plaisirs des plus rares... Jouir en sachant fortement que l'on a commis l'irréparable.

Un plaisir nommé perversion...





19 avril 2010

Coming Out...(1)


Je sais... Je me lance dans un des exercices des plus compliqués...
Me découvrir aux yeux de tous. Accepter ma nature...
J'ai longuement hésité, réfléchi encore et encore jusqu'à en perdre le sommeil...
Et pourtant je sais que certains d'entre vous l'ont déjà bien compris...
A chacun de vos clics je perçois les soupçons...
Aussi je refuse de laisser le doute subsister....
Bien qu'inquiète des conséquences que cela pourrait avoir,
Aujourd'hui je ne me sens plus capable de le cacher...
Je veux ma liberté, je veux sortir du placard...
Alors oui, je vous l'avoue...
J'aime le phallus baiser*!








*Mince! Pourquoi un hétéro n'aurait pas le droit de faire son coming out.
Notez tout de même la différence entre "baiser" et "faire l'amour".


16 avril 2010

Fantasme


Réédition...
Cependant, hier soir j'ai passé un bon moment ici.

Insidieux, hypocrite... Il est toujours là.
Présent, il vous taraude, vous titille, vous habite...
Vous avez beau fermer les yeux, regarder ailleurs, vous enfouir sous vos draps... Pire il s'accroche, vous emporte...

Vous brûle les lèvres... Vous embaume par son odeur, vous suit comme une ombre.

C'est plus fort... Il vous possède.

Fantasme, diable qui es-tu?

Impossible de s'en défaire, plus vous le fuyiez plus il vous possède.

Il fait corps avec vous, pourquoi s'en défaire?

C'est si bon, si doux, si intense... Et même si votre âme tente de le résister, votre corps le réclame.

Je me laisse aller...





7 avril 2010

Plaisir d'Aimer

Réédition...

Bien souvent je vous ai fait part de mes fantasmes, des situations inconnues, incongrues, exhibitionnistes ou encore des plaisirs inconnus, mais ce soir j'aimerais vous parler d'un plaisir essentiel, fondamental. Ce plaisir qui me fait femme, qui me rend séduisante, coquine, sensuelle et désirable. Ce plaisir qui entretient ma gourmandise et qui sans le moindre doute m'a mené à vous.

Ce plaisir là n'est autre que le plaisir de faire l'amour, le plaisir de se laisser transporter, de s'exalter, de s'abandonner dans les bras de l'autre, le plaisir de savourer chaque baiser, d'apprécier chaque caresse, de prendre le temps, le plaisir d'aimer ces instants d'échange et de volupté.

J'aime faire l'amour.

Oui, j'aime la rencontre, la découverte, la fusion de deux corps, j'aime le mélange des sueurs, des salives, des sécrétions. J'aime en ces moments baisser mes gardes, et penser que nous sommes seuls au monde, si seuls que nous ne formons plus qu'un. J'aime savoir que vous vous perdez en moi et que vous me remplissez.

J'aime faire l'amour en tous temps, en tous lieux, si bien que l'automne mon esprit divague imaginant nos corps bataillant comme ces gouttes de pluie qui fracassent le sol. L'hiver, je rêve de grelotter dans vos bras, de frissonner sous ses caresses. Au printemps, je suis d'humeur joyeuse et gourmande, puis l'été j'imagine l'union de nos corps ruisselants et glissants. Et si vous venez à m'énerver, je vous baiserai avec colère, je vous punirai, je serai votre domina.

J'aime faire l'amour, alors je me saisis de toutes les situations.

6 avril 2010

Les Sens...

Après avoir dépouillé ce blog




Je comprends mieux le sens du terme
"Prendre son envol"






Je refuse de comprendre sinon qu'être transportée!
Voilà une belle idée pour dire
"Bonjour ma chatte puce!"





3 avril 2010

Existentielle Vie!

Ce week-end de pâques... Je m'en souviendrais... J'enterre ma vie de jeune femme célibataire! Plus précisément ma vie de jeune femme célibataire par procuration!
Mon amie célibataire... Rencontre sa belle famille... Son histoire de cœur prend forme! Heureuse je suis... Je ne cesse de me dire pourvu que sa belle-mère soit exécrable Enfin! Fini les recherches...


Ce qu'il y a de chic d'avoir au moins une amie célibataire, c'est de pouvoir l'aider à trouver l'âme sœur... Et lorsqu'on est soi même en couple, les choses prennent une allure délicieuse particulière on se sent comme investi d'une mission ... Comme si l'on se devait de sauver le monde. Ainsi on peut se permettre avec gourmandise de porter son regard vers ces messieurs en toute légitimité... Bien entendu on ne le fait pas pour soi... Non!

Même si quelque fois notre ingrate amie médit lorsqu'on lui présente un joli rouquin repéré dans une foule immense ... - Nooon! C'est ton style... Mon style?? Zut! La main dans le sac!

Altruiste, on ne prête pas attention... Bien au contraire on tente de mieux le vendre... -Tu imagines, avec toutes ces tâches de rousseurs il pourrait même en avoir sur son sexe! Excitant! Humm, je lui arracherais bien ses vêtements... Bien souvent à l'allure où brillent nos yeux, elle nous sauve reste cramponnée à son "Non!"...

Fini, les jolis souvenirs...

Un lundi matin en gare de St Pancras, après un excellent week-end shopping sur Londres où je m'étais désinvesti de ma mission au bénéfice des magasins, je remarquais un homme assis à un siège du mien... Il était pas mal... je fis signe à mon amie... Et comme à ses habitudes.
-Non...
-Mais, tu ne l'as même pas regardé...
-Si... Mais non...
-Attends, regarde le... Il est soigné... il a l'air posé... Un commercial je pense... C'est pas mal un commercial... Il partirai de temps en temps et les retrouvailles ne pourront qu'être grandiose...!
-Non... Chut.... Il peut t'entendre...
-Non... Les anglophones détestent le français*... D'ailleurs en le prenant en amour, tu apprendrais la langue et moi je viendrais plus souvent à Londres... Allez regarde-le...
-Il est vieux...
-Nooon!! Il doit avoir une quarantaine d'années... Poivre et sel c'est mignon...
-quarante ans?? Ah! Il est marié...
-Non, il ne porte pas d'alliance... Et il n'est pas gay, j'en suis certaine!
-Quarante ans et pas marié...?? Il doit être une catastrophe...
-N'importe quoi... Je préfère le "quarante ans jamais marié"... Que le "quarante ans 4eme noces"!
-Non, il me m'intéresse pas...
-Dommage... Tu loupes des week-end à Londres, des retrouvailles sous la couette... Des baisers sous la douche... Il me plaît bien... Ses mains, sa bouche... Humm je présage un bon amant.
-Tu es folle!

Éclat de rire... Nous changeons de discussions, parlons de tout et de rien... Le charmant monsieur se lève... Trifouille dans ses bagages et sort un sac... Dans lequel il sort une barquette de raisins... Et là... Il se tourne vers moi...

-Vous en voulez? Ils sont bons...
-Pardon??

Mon amie éclate de rire... -Je te l'ai dit... Il a la tête d'un frenchy!

Grand moment de solitude... Que je ne connaîtrais plus!

Bien heureuse!





*Pour ma défense, je rentrais toute juste d'un détour aux USA, où j'ai réalisé que le français était une langue morte!

30 mars 2010

Une scéance de cinéma

Dans la pénombre de cette salle de cinéma, mon esprit divague... Je pense à lui...

Une folle envie de faire l'amour m'envahit... Une envie de le sentir en moi.

Une envie de poser mes mains sur son membre, de baiser sa bouche et de sentir son sexe grandir...

Pouvoir me glisser sous son siège, dégrafer son pantalon et le prendre délicieusement dans entre mes lèvres... Aller et venir discrètement tout en espérant qu'un regard gourmand profitera de la scène... Et à son tour, il glissera une main dans son caleçon, sortira son sexe et se branlera... Une image excitante qui fait grandir mon désir, je m'applique... Il grandit... Son souffle grandit.

Ses caresses sur ma nuque tentent à la fois de me planquer et de m'accompagner.

Puis, je rejoins mon siège, il y introduit un doigt dans mon sexe humide, mes fesses se lèvent... Je me déhanche sur son doigt... Je le remplis de mon plaisir... Audacieux est-il... A son tour, sa langue chatouille mon clitoris.

Je ne sais comment m'y prendre mais j'espère qu'il me baise là.

27 mars 2010

Le bois de Gaïac


En appelant le 110, on espère qu'un jour, le drame de l'annonce d'un diagnostic ne soit plus qu'un mauvais souvenir, comme celui du bois de Gaïac*!



*Après le mercure, ce fut l'un des traitements de la Syphilis.

22 mars 2010

L'abandon

Lorsque le sol semble se dérober à pied, j'aime fermer les yeux et m'abandonner. J'aime alors ne plus ressentir que les souffles de deux corps emmêlés. J'aime sentir mon corps se remplir de caresses, de baisers...

Dans ces moments là je suis bien trop faible pour donner du plaisir... J'en prends simplement... Les yeux fermés mon corps et mon âme sont offerts.

Je me laisse transporter.

J'aime m'abandonner... Et réaliser qu'il existe des plaisir qui vous font sentir bien vivante.

Les yeux fermés, je le suis... Il devient mon guide...

Avec délice je redécouvre ces plaisirs... Avec délice nous parcourrons les courbes de nos corps... Avec délice, je redécouvre son odeur... Je perçois les battements de son cœur. Ce cœur qui s'affole plus le plaisir grandit.

J'aime fermer les yeux et me sentir pénétré.. Ce geste tant connu devient comme une découverte... Une délicieuse découverte. A chaque centimètre que ma chatte se remplit, mon clitoris se gorge... Mes lèvres se contractent... Pour mieux le sentir, pour mieux le garder... Pour bien épouser toutes les ridules de sa bite... Pour le redécouvrir...

Puis je m'emporte, je perçois alors nos deux sexes imbriqués... Mes sécrétions ruisselantes sur mes fesses... Sa bite fière.

A chaque coup de rein... Je perçois la fermeté de ses fesses... Le plissements de ses sourcils, le pincement de ses lèvres...

Lorsque son plaisir grandit... Son sexe grandit en moi... Un sexe qui bat plus fort. Un sexe en état de transe... Ma jouissance... Mon abandon complet...

Mon faiseur de plaisir devient mon inconnu... Je me redécouvre. Je vis.


17 mars 2010

D'humeur...

" Vivez comme si vous devez mourir demain.
Apprenez comme si vous devrez vivre éternellement"

Gandhi*.
..











*Je suppose qu'il n'y avait rien de lubrique dans ses pensées...Mais...Oh!

Image de Victor Ivanovski. (Grand merci à Elle, parce que les références et moi... Ouille!]

10 mars 2010

Une histoire de Lèvres...


Tout a débuté il y a un an environ... J'avais relevé que le rouge vif était très prisé de ces dames.
Une couleur que j'ai toujours apprécié dans pas mal d'accessoires mais pas dans le choix d'un rouge à lèvres... Parce qu' avec ma peau noire et mes lèvres charnues, on ne verrait que ça... Je frôlerais la vulgarité me suis-je toujours convaincue.

Il y a quelques jours alors que je suivais l'histoire du "rouge" à lèvres sur le petit écran, j'appris que d'antan on coloriait les lèvres dans le but de représenter les parties génitales de la femme.

Comme un déclic, je compris le sens des homonymes... Je compris le sens du "rouge désir" et je conclu qu'il était intéressant d'avoir un bâton de rouge (la couleur) dans le fond de son sac à main. Très bon accessoire pour le langage du corps. Espérons que si un jour, je change instantanément la couleur de mes lèvres, le monsieur face à moi comprendra que mes lèvres cachées sont tout aussi écarlates de désir.

Il me fallait donc du rouge... Dans le doute j'ai pris un rouge mat et un brillant. De retour chez moi, je couru chez mon voisin et ami gay dont la sensibilité féminine est au plus haut point, l'invitant à venir assister à mes essayages de rouge...

Je me suis faites un maquillage très léger (souligné les yeux)... Il est dit que le "rouge" habille en lui seul et il ne faut pas le surcharger...

En franchissant le seuil de ma salle de bain... Il eût...

- Waoouuuh!!! Que tu es beeeelllle!!!
Je souriais... L'air de dire... Mais encore...??
- Tu as la tête d'une salope!
Pardon???
- Une salope pour dire t'es sexe... Sexy!

Tout compte fait, ma tête de salope, je vais me la réserver pour les occasions qui quelquefois le nécessite... Et de préférence qu'entre deux paires d'yeux!

8 mars 2010

Zut!



À quoi elle pourrait bien me servir cette foutue journée???




Interdit


En me parlant de sa fascination pour une comtesse:

"Ce qui entretenait le charme de cette femme au delà de sa beauté était le fait qu'elle ne cédait à aucun homme"...

Je venais de saisir que l'idée et la satisfaction qu'il prenait à me courtiser était bien plus forte que celle de me baiser.

Nous continuons donc ainsi à découvrir les charmes de Paris... Nous dînons, déjeunons, visitons Paris dans les sens... Je continue à me refuser à lui... Il continue à me dévorer des yeux...

Curieusement depuis... Il me paraît comme un interdit...

Et une folle envie de le violer* grandit en moi!





* Je ne suis pas une comtesse C'est mon côté animal.

5 mars 2010

L'ArnaCoeur

"Vous n'avez jamais rêvé de faire l'amour à une jeune femme qui allait bientôt se marier? Venez, on fait ça tout de suite dans la cabine d'essayage, je n'ai pas mis de culotte aujourd'hui... Vous n'aurez qu'à soulever ma robe..." Extrait tiré de L'ArnaCoeur.

Avant tout l'idée de ce film est original... Alex est un briseur de couple professionnel.

Lorsqu 'Alex annonce sa profession, on pourrait penser que c'est d'un malhonnête... Et qu'il en briserait des cœurs! Et bien non, Alex a une éthique... Il ne brise jamais les cœurs!

De plus, il ne couche jamais avec ces jeunes femmes. Non. "Il leur ouvre uniquement les yeux jamais leurs jambes."

Un très beau casting, les acteurs pris un à un vous charme... On ne peut rester accroché à un seul comédien... Tous vous sublime. De cette jolie brune désinvolte, à cette sœur impliquée, ou de ce beau-frère... Heuu... unique! Au pauvre fiancé que nous aurions toutes épousées!

J'ai tout aimé dans ce film... Le rythme, les plans, la musique... Même les mensonges d' Alex m'ont fait fondre... Quand à Juliette , elle est simplement magnifique!


Sortie en salle le 17 MARS. Un joli moment de détente. A voir!


2 mars 2010

Pluriel Orgasme

Réédition... Version courte.

Nous serons trois à nous aimer, nous serons trois à suspendre le temps jusqu'à l'unisson. Il me plairait de sucer deux queues, de me délecter sur chacun de leur membres. Pour que les échanges soient parfaite pendant que je les prendrais tour à tour dans ma bouche, j'aimerais les voir partager un baiser, une caresse...

Je les imagine tous deux, remplissant mon corps de caresses, l'un s'occupant de mes jambes, mon sexe et mes fesses et l'autre de mes seins, mon cou, mes lèvres. Je serais l'objet de leurs attentions, de leur gourmandise. Sentant leur désir monter, j'offrirais ma croupe au premier et j' inviterais le second à s' imposer dans ma bouche... Les cadences de mes hanches donneront le rythme de ma fellation, ce qui ne manquera de m'étouffer...

Qu'il est bon de se sentir si bien remplie, si pleine.

Puis viendra le moment où l'un d'eux allongé sur le dos, son sexe raide pointant vers les cieux, telle une invitation à découvrir mes profondeurs, je viendrai m'empaler sur ce joli membre, ses mains posées sur mes hanches donnant le ton de mes chevauchements, me retenant de temps en temps pour mieux sentir l' humidité de ma chatte. L'autre devra avant tout admirer ce spectacle, savourer l'érotisme du tableau, plus excité que jamais... Il se caressera. Il se situera face à moi, pour que j'apprécie la beauté d'un homme qui se masturbe.

Je continuerai à chevaucher, à me déhancher sur le premier, puis j'inviterai le second homme à nous rejoindre...

26 février 2010

Un sourire...


A peine que j'étais descendu du métro que je piaffais déjà... Pour rien. Un agacement qui me suit depuis plusieurs jours... D'un pas décidé et rapide de grimpais les quelques marches qui me ramenaient à la surface... Sapristi! Sale temps... Un automne en plein hiver... Et je n'ai pas de parapluie...!

Perchée sur mes talons, je refuse de patienter... Il vaut mieux que je rejoigne cette satanée bibliothèque au plus vite!

Satanée? Non, j'aime le cadre de cette immense bibliothèque... J'aime ces grandes baies vitrées, cette moquette rouge et ces grandes tables... Des petits pas très rapides... J'aimerais aller très vite mais sans prendre le risque d'une chute.

Lorsque je traverse le parvis, mon cœur s'affole... J'y suis presque. Au portique quelques personnes font la queue... A tour de rôle, le vigile salue, contrôle les sacs et remercie.

Lui... Il est juste avant moi... Monsieur déborde de bagages*... Il met un temps fou (?) à poser ses affaires, à vider ses poches... Je m'impatientes... Je bouillonne... "Purée! Il est venu avec toute sa maison??"...

Enfin... Enfin son contrôle prend fin... Il se met sur le côté histoire de refaire ses bagages*! Une seconde pour moi, avec le temps j'ai pris l'habitude de tout regrouper... De plus je ne déménage pas mon appartement pour m'y rendre!!

En longeant le long couloir qui me mène à la salle où j'ai mes habitudes de vieille fille rigide je piaffe à l'idée que la place où j'aime m'installer ne soit libre... Puis je me console en me disant, qu'avant toute lecture j'irais prendre un petit thé à la cafette... C'est à ce moment là que j'entends...
-"Mademoiselle... s'il vious plé"...!

Oh! Mon Dieu... Me dis-je... Que me veut-il? En plus Mademoiselle!!!

Le seul qui puisse être derrière moi... Ne peut être que l'homme aux milles bagages! Je venais de réaliser du fait de mon impatience je n'avais daigné lever les yeux vers lui... Jusque là je ne l'avais perçu que de dos!

Péniblement, je me retournais préparant un sourire politiquement correct...

- Oui...?

Ce que je perçu... Me fît instinctivement me redresser... C'est à peine si je ne me retenais de me recoiffer...

L'homme aux milles bagages... Affichait... Un magnifique sourire, des yeux pétillants... Et un soupçon d'accent* craquant qui fît instantanément disparaître ces bagages!!

Je me suspendais à sa question.

- Je vous prie m'excouser... (Oh! non, ne le soyez pas... Dites... Dites.) C'est la première fois que je viens ici... Et j'ai un peu de mal à me situer, c'est immense...

Qui l'eût cru...?? Je me fis guide...

Il a suffit d'un sourire pour que je ne piaffe plus.
Finalement Mademoiselle... C'était pas plus mal!




* De bouquins!
* Italien!