20 juillet 2015

Comment Dire...?


Il était noté Tevere... J'ai lu "Levrette"!

25 juin 2015

Décris-moi ta sexualité, je te dirai qui tu es...

Ce titre est très accrocheur. 

Est-il que je n'en sais pas grand, je ne sais si nous sommes ce que notre sexualité est.
Un soir à califourchon sur ses jambes, j'ai eu un orgasme des plus fou, puis je me morfondais en excuse... Confuse, d'avoir jouis différemment. Confuse d'avoir jouis comme la jeune adolescente que je fut.. Lui, sans doute flatté, murmura à mon oreille..."Ta jouissance est un plaisir...". Je restais tout de même honteuse. Honteuse d'avoir jouis aussi fortement alors qu'il ne m'avait même pas pénétré...
Nous étions en plein flirt, assis sur son canapé, il m'avait invité m'installer sur ses jambes, nous nous embrassions délicatement, il avait un toucher à rendre toutes les femmes dingues, je sentais ses mains caresser mes fesses, mes cuisses, mon ventre. Ma chatte sous le fin tissu de ma culotte caressait son sexe dur à travers son pantalon. Il bandait fort, je le devinais bien fait.
J'ai dégrafé son pantalon, caressé comme je pouvais ce sexe qui me faisait de plus en plus envie, puis lorsque je l'ai sorti, j'ai adoré sa bite. Excitée, j'ai senti la douce chaleur de cyprine remplir ma culotte... (Et là allez savoir pourquoi)... Je me suis masturbée sur sa bite en gardant ma culotte humide. Comme s'il avait saisi, ses mains appuyées sur mes fesses accompagnaient mes frottements. C'était délicieux, terriblement bon.
Ma chatte collée sur sa bite, ma culotte ne devenant qu'un long fil entre mes lèvres intimes, je l'embrassais farouchement. J'ai jouis intensément! Le paradoxe, c'est que je me masturbais en fantasmant sur son sexe me baisant. Il était là, collé à ma chatte mais le plaisir que je prenais à le fantasmer tout en le sentant longer, frotter ma chatte paraissait plus intense qu'une simple pénétration.
Mon bel homme, féru de psychologie, m'avait fait comprendre par la suite que ma sexualité, notre sexualité trouvait son origine dans nos premiers émois sexuels... J'avais conclu que la branleuse que j'avais été, sommeillait toujours en moi et que les orgasmes les plus torrides seraient certainement ceux où je me laisserais aller comme jadis... Égoïstement. Si égoïstement qu'au final, j'adorais lorsqu'il m'accompagnait dans ce plaisir solitaire, où il murmurait au creux de mon oreille quelques perversités... J'inondais sa bite de mes sécrétions puis je jouissais à nouveau en la prenant détrempée dans ma bouche...Hélas, à ce plaisir intense, je n'appréciais plus les moments où son sexe se perdait en moi. Moi qui d’ordinaire adore les pénétrations les plus profondes.

La sexualité regorge de tas de mystères.

2 mai 2015

Ben E. King


19 avril 2015

Clin d'oeil...


5 avril 2015

Le Tendre Amant...

Il paraît que les amants qui se voient peu finissent par s'éloigner... Lui le pense. Pas moi. Certainement parce que c'est moi qui manque de temps. Je cours, cours... Tellement que mon corps est épuisé. Ma libido s'est endormie. 
Et pourtant, il me manque. Je l'invite à déjeuner. Montre en main nous n'aurons que deux heures, pas plus. 
J'ai choisi un restaurant, non loin de mon travail que je quitte assez tôt. Le ciel est gris, je porte une petite robe crêpe et il vente énormément sur Paris, je suis tellement fatiguée que j'aimerais pouvoir me reposer, faire une sieste à ses côtés. 
Je change d'avis. Nous irons à l'hôtel. Il est d'accord. Une réservation rapide au Rotary... Et me voilà dans la chambre 4. Je la trouve sombre, peu accueillante, elle est glauque et ressemble à une chambre de putain. D'ordinaire cette pensée m'aurait excitée. Là, non, mon corps est bien trop fatigué. 
Lorsqu'il me rejoins, je me réjouis et me flatte toujours de voir ses yeux pétillants et remplis de désir. Il est beau. 
Nous échangeons un doux baiser.. Puis un long baiser.
Il m'allonge sur le lit, remonte ma robe, je porte un collant. Je m'en porte presque jamais, mais ce matin, cette robe courte laissait entrevoir la limite de mes bas, je trouvais indécent d'offrir ce spectacle à mes collègues. Il sourit, baise mon corps. Je m'abandonne, lui répète que je suis fatiguée. J'ai peur qu'il interprète mal un non frémissement de mon corps. -Chut... Je sais. 
Il baise mes jambes sous le collant.. Mon pubis. Relève et écarte mes jambes puis il embrasse mon sexe couvert. C'est agréable. Je n'avais encore pensé à un rendez-vous où je lui laisserai le soin de réveiller mon corps. C'est agréable, je me sens bien, détendue... Je m'endormirai presque, s'il n'avait eu l'idée de retirer mon collant et ma culotte. En position du tendre amant, il pose sa bouche sur ma chatte. Je sens sa langue parcourir mes lèvres... Les grandes, les petites, il chatouille mon clitoris. Doucement, il suce, me pénètre avec sa langue. C'est bon. Mon souffle s'accélère. Je sens mon corps s'ouvrir. Je me sens offerte. Je garde cette posture sans gesticuler. J'aime sentir se plaisir naître lentement. Sa bite remplace sa langue il la déplace sur mes lèvres... Les grandes, les petites. Il glisse légèrement son gland, quelque millimètres à peine dans ma chatte, sentir mon sexe s'ouvrir est excitant. J'ai envie de lui. J'ai envie qu'il me baise. Qu'il baise ce corps fatigué qui pourtant répond à ses caresses. Pendant deux longues heures, il m'a baisé. J'ai jouis, jouis, jouis.
Et lorsque mes jambes sur ses épaules, sa bite entre mes fesses, j'ai ouvert les yeux et j'ai adoré cet image de lui jouissant!
 Elle ne cesse de hanter mon esprit. Mon corps fatigué le désire encore.

26 mars 2015

Emporte-moi.



20 mars 2015

Le Plagiat... Laisse un goût...

Assez amer au final.
Jamais, je n'aurais pu imaginer qu'une autre aurait pu s'approprier mes mots. Des mots simples, que personnellement même en les ayant écrits,  je les trouve bien des fois sans intérêts. Et pourtant je me désole tout de même de voir mes mots manipulés par une autre, comme si elle était là à guetter mes plaisirs.

Que faire dans ces moments là? Crier au monde que c'est une menteuse, une voleuse qui se moque du monde ou se taire et rire de sa pauvreté? 

Je vais lui glisser un mail... Je vais croire que son esprit l'a trompé, peut-être qu'en ayant lu et relu mon billet, elle a fini par penser qu'elle en était l'auteur. Notre cerveau regorge tellement de mystère que la limite entre le vrai et le faux est fine. 

Je lui laisse le bénéfice du doute... J'espère qu'elle en reconnaîtra les bienfaits et qu'elle comprendra que le tout n'est pas de remplir un blog, mais plutôt ce réel plaisir décrire nos propres travers, et tant pis si cela ne tient qu'à un texte. 

Merci à ce lecteur qui a su reconnaître mes mots. ;) (Il faut dire qu'elle a gardé titre et photo. Son esprit lui joue de grands tours!!)

Sur le blog de la demoiselle, on ne peut faire de clic droit "PROTECTION ANTI-COPIE". 
Comment dire?? Elle plagie certainement plusieurs personnes!!