20 avril 2014

Joyeuses Pâques!


11 avril 2014

Entre Les Deux...




J'hésite... 

Le regard gourmand plongé dans le mien, me décrivant le plaisir à venir, il me demandait de choisir... Mes yeux rivés sur sa bouche, je regardais sa bouche, s'ouvrir, s'arrondir, se pincer et se fermer au gré des mots qu'il prononçait... Il reprit... 
"J'aimerais plonger ma tête entre tes jambes, poser mes lèvres sur ta chatte, goûter à ta chatte humide... Sentir ton parfum, passer ma langue dans tous les coins et recoins de ton sexe... J'aimerais te sentir offerte, fragile, gourmande... J'aimerais sentir ta chatte se gonfler et sentir ta cyprine se répandre sur ma langue... Viens, rapproche-toi..." 
Ses mains sous la table du café où nous étions installés glissaient entre mes cuisses, je gesticulais, gardant mes yeux sur sa bouche, je m'excitais que cette même bouche qui me titillait allait pouvoir frôler mon sexe... Décalant mes fesses en avant pour rencontrer ses doigts, je remontais légèrement ma robe. Indécente j'étais... Ses doigts fouillaient ma culotte, un doigt s’enfouit en moi... Il le retirait et le porta à sa bouche... Cette même bouche que je ne quitte toujours pas... Indécent il est.  
"Qu'aimerais-tu? Que je suce ta chatte humide? Ou préfères-tu sentir ce jouet vibrer lentement entre tes lèvres intimes, appuyant fortement sur ton clitoris... Aimerais-tu que son rythme suive celui de ton souffle, qu'il augmente à mesure que ton souffle grandit. J'aimerais te voir te tordre de plaisir, hurler de plaisir, j'aimerais que tu jouisses impuissantes sous ces impulsions."
Je sentais mon désir augmenter, je saisi sa main pour la replacer entre mes jambes, je voulais qu'il fasse le constat de mon sexe trempé. 
"Non... Que veux-tu?"
Je glissais ma main entre mes jambes, j'appuyais sur mon sexe, glissais délicatement un doigt au plus profond de moi... Les yeux toujours rivés sur sa bouche... Je regardais ses lèvres se pincer. Il avait envie de moi. Mes fesses tournaient autour de mon doigt, le plaisir était bon... Je baisais mon doigt. 
Ce que je veux? Me baiser. Je vais jouir, là, sous tes yeux.

29 mars 2014

Ma folie Douce...


Monsieur je t’aime
Monsieur je t’aime
Rendez vous au cinéma
Impatiente, infidèle
Je ne vous résiste pas
Mes verres fumés, mon vieil imper’
Je suis cachée, coupable, fière
Échappée pour quelques heures
D’une vie rangée qui vous fait peur

Monsieur je t’aime
Monsieur je t’aime
Je ne pense plus qu’à vous
Mon secret, ma parenthèse
Mon interdit, ma folie douce
Vous n’êtes pas le plus beau,
Le plus tendre des zorros
Mais il se cache dans vos baisers
Un je ne sais quoi qui me rends cinglé

Monsieur je t’aime
Monsieur je t’aime
Ce regard posé sur moi
A la maison ne se pose plus
Ou je ne le vois pas
Mais je préfère garder de vous
Ces instants volés, ces tabous
Ma tête est sans dessus dessous
Ou je vous laisse ou je quitte tout

24 mars 2014

Soupir.



 Prenez un homme silencieux, vous, taisez-vous...
Laissez-vous aller. Laissez-le aller...
Laissez la pièce se remplir de vos souffles, de vos caresses...
De vos émotions, de vos désirs, De vos clapotis...
Ce ballet silencieux est d'un érotisme absolu!




Merci à Qrieuse  pour son excellent tumbrl.

17 mars 2014

Tais-toi et Baise-moi.

Le désir peut prendre des allures de déraison. Mon désir est irraisonnable, il est autiste, il s’emmure et refuse tout murmure de ma raison. Il est pur, fort... Il me tord le ventre, il mouille ma culotte. Il me rend heureux. J'aime avoir du désir...Si un jour j'en venais à éprouver du désir pour vous... Sachez en prendre soin, car mon désir est intarissable, il ne triche pas, il est fleur de peau, face à ma raison il ne vacille pas. Mon désir me trouble, m'émerveille et me fait peur... Il me rend dingue.

                                       .... 

J'avais une telle colère, que lorsqu'il a proposé que nous nous retrouvions pour discuter, je n'ai pu lui dire non, je rêvais de lui jeter ma colère en face... De lui dire combien je le trouvais détestable.

Je l'ai trainé au col rue de la pompe... Les Dieux étant avec moi, nous avons obtenu la chambre la moins accueillante. La 10.  Montés les escaliers par quatre. Et là, je l'ai fait asseoir au bord du lit, je me suis suspendue sur le meuble face au lit, mes jambes posées sur une chaise... Je l'ai regardé quelques minutes... Les quelques minutes avant que je ne lui déverse ma colère... Puis, les mots se sont emmêlés dans ma tête. Ma colère était bien présente, il n'y avait de doute, et dans le même temps, j'avais ce désir contradictoire à le vouloir en moi...Mon corps paraissait déconnecté de ma tête... J'avais envie de lui.

J'avais envie qu'il me prenne. Qu'il me plaque contre mur, qu'il arrache mes vêtements, qu'il étouffe mes mots  par ses baisers et qu'il pilonne ma chatte.

J'étais là, face à lui ne sachant plus quoi lui dire. Mon regard était rempli de désir. Peut-être avais-je besoin qu'il me baise pour retrouver la sérénité ou était-ce une envie de ma  part de le baiser avec colère. Il connait ce moment là... Il connaît ce moment où ma raison et mon désir entre dans un duel des plus indécents... Il s'est relevé, a retiré cette chaise qui nous séparait, s'est frayé un passage entre mes jambes, j'étais frêle... Il me fallait arrêter la scène qui allait se jouer... J'ai trouvé la force de lui dire... "Donne moi ton porte-feuille..." "Pourquoi?" "Vite... Ton porte-feuille"... Je l'ai ouvert, tiré un billet par hasard... Posé sur la table de chevet et je lui ai dit "Vas-y... Tu peux me prendre..."

Ma colère, je la voulais sauve. Ce billet ouvrait une parenthèse.
Il relevait ma jupe, je dégrafais son pantalon, j'enfonçais sa bite en moi. Sa bite dans ma chatte, mes fesses se décollent du meuble... Je mouille tellement que de nos va-et-vient, je sens mes sécrétions se répandre sur le meuble... Il joint mes jambes, les pose sur une de ses épaules. Sa bite s'emprisonne entre mes lèvres intimes, nos frottements sont plus intenses... Je me frotte, me tortille, j'aime lorsqu'il est prit ainsi, que les lèvres de ma chatte semble lécher son sexe, que sa bite flirte avec mon col... Il me baise délicatement, il frotte encore... C'en est trop... Je lui dis que je vais jouir... Il se retire, me descend, me tourne, dos à lui... Je sens sa bite raide contre mes fesses, son souffle sous ma nuque... Déplaçant mes cheveux, il baise mon cou... Ses mains se glissent sous ma robe... Ses caresses sur mes cuisses se rapprochent peu à peu  de mon sexe... Une de ses mains se plaque fortement sur la voute de mon pubis.. Ses doigts glissent à nouveau dans ma culotte. J'étais humide. Bien trop humide... 
Je le sens s'accroupir derrière mon dos, il écarte mes jambes, sa tête sous ma jupe, sa langue parcoure mes fesses et mon sexe... Il sait que j'en raffole.. Que ses caresses me font fondre, que l'instant d'après, je vais le supplier pour qu'il me baise. Je sentais mon souffle grandir, mon envie grandir... J'avais une énorme envie de sentir à nouveau sa bite en moi, mais, pour cette fois, je me voulais mutique. Il n'entendra pas mon désir...
Se relevant, Il me traina sur le lit, toujours à mon dos, me plaqua face au lit, il remonta ma croupe, une main caressant ma chatte... Tira ma culotte sur le côté, il me prit.


14 mars 2014

D'Humeur...

Il ne fait pas bon de tomber dans mes bras. Vraiment pas...
Si vous avez des doutes... Laissez-vous tenter.

9 mars 2014

Pieds et Mains Liés...

"Ne me regarde pas ainsi, je vais jouir"... 
Non pas pour ses yeux pénétrants, mais parce que j'entrevois toutes les vilaines choses qu'il s'apprête à me faire vivre, le sillon de son sourire semble bien le confirmer, son visage s'illumine. Je m'excite.
Cette fois, j'ai une grande envie de prendre le dessus... Pieds et poings  liés et je vais le baiser, je vais pouvoir lire dans ses yeux cette envie irrépressible d'empoigner mes fesses, de saisir mes hanches, de baiser ma bouche, mes seins... De parcourir mon corps. Je vais suivre la montée de son excitation... Je vais profiter de son corps offert... Ma bouche se posera sur chaque parcelle de son corps... Je vais me saisir de sa bite et la conduire à mon rythme. Je vais bringuebaler mes hanches, contracter ma chatte autour d'elle. Puis je lui offrirai une vue imprenable sur mes fesses, il pourra presque impuissant assister aux allées et venues de ma chatte sur son sexe.  
Je vais lui faire vivre le même supplice enivrant qu'il me sert lorsqu'il me prend.