8 novembre 2017

Battez-vous...


5 novembre 2017

Fais-moi Mal Chéri!

"Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny Envoie-moi au ciel... zoum! Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny Moi j'aime l'amour qui fait boum!"
Si bien des fois, j'ai fredonné ce refrain de Boris Vian, fantasmant le sexe qui fait mal...  Je viens de réaliser que je confondais certainement le sexe fort au sexe qui fait mal... La limite entre les deux est assez tenue.

Le sexe fort pour moi, est celui qui cogne fortement au fond d'une chatte sans réellement faire mal, c'est celui qui vous démonte, vous tourne et retourne en vous laissant une chatte endolorie et un corps rempli de courbatures.  En réalité la douleur existe mais elle pointe plus tard... Après le plaisir ou du moins, elle est ressentie après le plaisir.

Il y a quelques jours, heureuse de retrouver l'amant, je me suis littéralement jetée sur lui. Remplissant son corps de baiser... Suçant sa bite de longues minutes... Caressant chaque parcelle de son corps, j'ai fini par m'empaler sur son sexe érigé. J'aime lui donner mon rythme, aller et venir sur sa bite, plaquer mon clitoris sur son pubis... C'est si bon... Sentir ses mains sur mon corps, sur mes fesses... Sa bouche sur mes seins... Ses mains sur seins.

Puis, aller savoir pourquoi, il s'est saisi de mes tétons et les a pincé. Fort, très fort. C'était douloureux. Très douloureux. Après un "aïe", la douleur semblait s'entrechoquer avec le plaisir du bas de mon ventre... Elle semblait majorer le plaisir de ma chatte.... La douleur devenait presque délicieuse... Une douleur qui vous fait du bien... Si bien que lorsqu'il a arrêté... J'ai hurlé: "Non! Continue! S'il te plaît continue, c'est douloureux et bon..."

Mon orgasme fut démentiel!

"Fais-moi mal, chéri, chéri, chéri... Envoie-moi au ciel... Ooooh! Fais-moi mal, chéri, chéri, chéri Moi j'aime l'amour qui fait BOUM!"

 

31 août 2017

Petits secrets entre amants...


Si vous me connaissiez, vous saurez que je ne prends pas d'alcool. Je n'apprécie pas le goût. Cependant, j'aime tremper mes lèvres de temps en temps dans un verre pour découvrir le plaisir des autres.

Aussi, depuis quelques temps, avant de poser mes lèvres sur la bite de l'amant, je trempe pas mal mes lèvres dans un verre d'alcool. A mesure de nos escapades, l'amant aime me faire découvrir toutes sortes de vins. Un verre pas plus.

Un soir ce qui devait arriver, arriva... J'étais comment dire? Flottante! Au petit matin, ce qu'il y avait de curieux, c'était le sourire que l'amant affichait... Entre deux baisers, il me demandait:

- Ça va? Tu as bien dormi..
- Mouis... J'ai la tête lourde...
- L'alcool... Tu te souviens de ce qui s'est passé hier soir...
- Mmmm... Oui, j'avais très envie de toi, c'était agréable.
- Agréable? Tu étais explosive! Nous n'avions pas encore fais l'amour  aussi longtemps et de manière aussi débridée... Tu m'as fait faire de tas choses! Tu as été très bavarde... Avec un vocabulaire que je ne te connaissais pas...

o_O

Pour pouvoir continuer à vivre en harmonie avec moi-même, j'ai préféré ne pas savoir. Est-il qu'il a apprécié.

Dire que je pensais sexuellement exceller dans le lâcher-prise, il faut croire que je sois complètement insatiable et intenable  avec un verre dans le nez.

Si l'on considère que pour notre prochaine escapade, je l'emmène au pays de la bière. Je croise les doigts pour que je ne le supplie pas de me prendre sur le tonneau! Excitant!


31 juillet 2017

Le Tourbillon De La Vie...


4 juin 2017

Envie Diabolique.

Depuis plusieurs mois (vivement la fin) je suis prise par un emploi du temps des plus fous! Tellement fou, que ma libido en prend un coup. 
Si j'avais été un homme, je dirais, j'ai perdu ma bandaison du matin! Je ne suis pas un homme, mais mon clitoris peine à durcir! Rassurez-vous, je ne déprime point. Non, je peine simplement à trouver l'objet du désir. Même mon débauché me laisse de marbre, c'est dire! 
Alors, imaginez mon bonheur lorsque subitement, j'ai senti mon corps entier frissonner, mon clitoris se gonfler, ma chatte se remplir... Face à un reportage sur les sites de rencontres catholiques! 
Il y avait quelque chose d'assez excitant chez ce jeune au look strict et au langage policé. 
L'idée de pouvoir lui murmurer des mots cochons ou de le sucer entre deux "je vous salue marie" fut le paroxysme! Et si seulement sous son air irréprochable se cachait un amant torride!
C'est décidé, je reprends une bible. Quitte à séduire autant avoir de la conversation. Du moins pour les premières heures avant qu'il ne me dévore. Que je le baise.
J'irais à confesse après.

17 janvier 2017

Mardi...Confession.


Un soir alors que je dinais chez un copain, je fus prise d'une folle envie de sexe. 
Il faut dire que ce soir là, nous n'arrêtions pas de nous faire  des confidences sur nos parties de jambes en l'air et de toutes ces petites choses "top sexuel" que nous aimerions faire. Il me décrivait des scènes les plus indécentes  les unes des autres. J'en était terriblement excitée... Le palpitant de mon sexe semblait remplir la pièce... Il y avait ce petit flottement dans l'air qui vous laisse penser que sur un malentendu, tout est possible!
Pour le coup, j'étais tellement prête, que le moindre frôlement de sa part m'aurait fait jouir!! 
Alors tranquillement, j'ai filé dans les toilettes, et là.... Je me suis branlée!
J'en garde un excellent souvenir. C'était explosif. 
Mon retour à la normale le questionne encore.



8 janvier 2017

Âme à Corps...

La dernière fois que j'ai quitté Ludo, nous nous étions promis de nous revoir. Nous avions échangés quelques textos, lui me disant combien Il avait apprécié nos retrouvailles, moi le remercions d'avoir insisté. Ce rendez-vous avait failli n'avoir lieu. J'avais hésité. 
Nous voilà au second rendez-vous, Il souhaitait à son tour me guider dans Paris. C'était assez surprenant, je m'étais souvenu que ce que je n'aimais pas en lui, c'était son côté à se laisser porter. Sans pour autant être infidèle, non bien trop honnête pour ça. Ce joli garçon dont toutes les femmes tombaient littéralement amoureuses, ne cédait à une aucune tentation. 
À l'époque je le trouvais lisse, jamais un mot plus haut qu'un autre. Jamais une bêtise, très réfléchi. Trop. Je ne pouvais rien lui reprocher sinon que de me renvoyer une image exécrable de moi-même. Avait-il changé avec le temps? Pas vraiment, j'avais appris au cours de notre premier rendez-vous, que son ex-femme l'avait littéralement conduis devant monsieur le maire avant de le conduire devant monsieur le juge. Il le racontait comme une sorte de fatalité. Puis sa nouvelle compagne s'était installée chez lui sans qu'il comprenne exactement ce qui se passait. J'avais ri, en me disant, que je pouvais me retrouver chevauchant sa bite, sans qu'il ne comprenne ce qui lui arrivait. Mais non. Monsieur est un honnête homme. D'ailleurs Il avait posé les limites... "Te savoir mariée et fidèle, me fait plaisir". Était-ce une déduction du fait de mon alliance où une manière élégante de calmer mes ardeurs?! Peu importe nous étions au deuxième rendez-vous. 
Je l'ai retrouvé au même point que la première fois, place des Abbesses. Il était toujours aussi grand, toujours aussi élégant, toujours aussi beau. Il me fit presque le même effet que la première fois où je l'ai vu, il y a 20 ans... J'avais envie de lui. Mais, bien entendu, il fallait calmer mes ardeurs. En guise de bonjour, je l'enlaçais tandis qu'il baisait mon front. Ne cherchez pas à comprendre, j'aime me blottir dans les bras des personnes que j'aime. Hommes ou femmes. Peu importe, je câline pour montrer mon attachement. 
Pour ce rendez-vous c'était lui le guide. Nous nous sommes installés au fond d'un petit bar, un petit coin feutré et cosy.  Moi sur une banquette, lui face à moi dans un fauteuil... Nous nous caressions les mains. Amicalement? Certainement pour lui. Moi, j'étais de plus en plus instable sur ma banquette, ma chatte me taraudait... C'est fou, comme je m'excite vite. Il aurait suffit d'un baiser, et l'explosion aurait été atteint. 
Servis, la discussion débutait tranquillement, Il me parlait de nos amis d'enfance. Dont un qui avait littéralement fait fortune. Il eut l'idée que nous fassions une photo afin de le lui envoyer. "On va le surprendre!" C'est ainsi qu'il prît place sur la banquette, les bras autour de mes épaules, appuyée contre son torse, la séance de selfies débutait. Nous étions si proche, je ressentais son souffle chaud dans le creux de mon cou. Reprenons encore et encore les photos, nous nous amusions. Lorsque qu'il envoya enfin la photo, son téléphone sur la table, ses mains se retrouvaient posées sur mes jambes. Je frissonnais... Je les sentais glisser sous ma robe, il me caressait... Je l'embrassais. Un de ces baisers timides et gourmands. 
Je me suis retrouvée les fesses nues, les lèvres de ma chatte écartées et posées sur son sexe le long de son ventre, je me masturbais sur sa bite. Je frottais en long, je sentais mon sexe dégouliner. 
C'était si bon de l'embrasser, de sentir ses mains caressants mon corps, ses mains agrippés à mes fesses tantôt  plaquées sur sa bite, tantôt accompagnant mes frottements. 
Il me retourna, allongée dans le lit, mes jambes sur ses épaules, sa bite érigée et prête à m'enfiler, Il prit une seconde pour enfiler avant tout son préservatif. C'était excitant de voir ce geste aussi proche de ma chatte prête à l'accueillir. 
Puis il rapprocha mon bassin face à sa bite, et me pénétra. Une pénétration profonde, gourmande excitante... Mes jambes en l'air, Il pilonnait ma chatte. Mes cris remplaçait mon souffle, des cris naissaient des mots... "C'est bon... Encore, plus fort... Baise-moi..." lui me répondant... "Oh que tu es bandante... C'est bon... Oh, Oh..." Je me sentais venir, je le sentais venir... Ses mouvements devenaient de plus en plus fort. Il baissait mes jambes, et me baisa dans une position du missionnaire des plus gourmande, chaque parcelle de nos corps s’entremêlait, mes mains sur ses fesses, j'accompagnais ses va-et-vient et ses frottements. Puis il cogna encore plus fort. Je jouis fortement en le serrant dans mes bras, Il s'abandonna entre mes jambes... 
   -  Je vais retrouver ma place, c'est assez dangereux de me coller à toi ainsi... 

Ludo se réinstallait dans son fauteuil face à moi et repris mes mains entre les siens. Une fraction de seconde, je venais de nous imaginer baisant comme des fous...