26 février 2015

Mécanique.

Tout a commencé par un texte sur mon blog, puis il eut ce  mail... Un message on ne peut plus curieux. Lui prêt au sacrifice pour me sortir de mon désespoir. Les premières lignes m'ont fait sourire, puis un peu moins, lui,  paraissait suffisant, narcissique, entre les lignes je pouvais lire sa certitude, je lui paraissais acquise. Il eut cette phrase qui semblait dire, qu'il ne me voulait pas comme maîtresse, il disait être engager dans plusieurs relations et qu'il ne souhaitait s'investir dans une nouvelle relation, cependant avec mon allure "gentillet" et mon semblant de gourmandise il me trouvait "quelques fois bandante"... À mesure des mots, je m'agaçais... Je m'arrêtais net, pour aller relire ce billet qui semblait lui donner autant de certitudes. Certes, mon envie d'escapade était évident mais ce n'était qu'une envie. 
C'est assez curieux le sentiment qui nait en nous lorsqu'on est face à tant d'arrogance, comme un soupçon de colère, de curiosité et... D’excitation. Une seconde j'ai aimé Freud, pensant qu'il avait certainement un complexe ou une histoire compliqué avec la mère... Le coup fatal fut porté à la fin de son mail, il concluait en me demandant de remplir un petit questionnaire pour qu'il évalue mon potentiel érotique... "Séduisez-moi!" J'eus qu'une envie, celle de répondre par "Non... Votre ego empeste!" Mais c'est mal me connaître, je suis bien trop fière pour réagir à de pareilles bêtises. Il est toujours plus bon de penser que l'autre est peu intelligent, que de se penser insultée.
Les jours ont passés. Allez savoir pourquoi je n'ai supprimé le mail, allez savoir pourquoi je prenais un plaisir masochiste à relire son mail, même son questionnaire transpirait son arrogance! Toutes ces questions sur moi,  sur mon intimité, ramenait inlassablement à son plaisir, " le sacrifice du corps d'un bel égoïste!" me répétais-je.
Les jours ont passés, un vendredi, il pleut sur Paris, mon week-end débute tranquillement, je flâne sur internet, une série "élémentary" ce schizophrène me plaît bien... Il m'amuse et me séduit, j'aime ses scènes de  cul, on ne les vois pas, on les devine... Je me dis qu'il doit être un bon amant. Baiser avec un torturé, doit avoir un quelque chose de bon... Si bon, que je viens de me souvenir que "Lui" pourrait être aussi ce torturé narcissique... Amusée, j'ai envie d'être taquine..."Venez faire don de votre corps..." 
"Vous en avez de la chance, Mélanie et moi avions prévu de passer l'après-midi au .... Mais un imprévu fait qu'elle ne peut se libérer. Vous pouvez si vous le souhaitez me rejoindre."
Je ne sais s'il manque de tact ou sil prend un malin plaisir à m’agacer! Qu'importe, je suis d’humeur joueuse.
Je l'ai reconnu presque immédiatement en entrant dans ce restaurant, assis au fond de la salle, il me fait signe,il porte une chemise à petit carreaux, une veste un peu trop grande et un jeans. Un grand et filiforme brun, ses yeux sont quelques peu fuyants sous ses lunettes. Mon grand narcissique serait un grand timide? Je souris... Je m'excite. 
Vous prenez combien? -Pardon? -Je vous devrais combien pour un cunni? Il rit. 
Il a de belles mains. 

Tourne-toi... Offre-moi tes fesses... J'ai envie de voir ta chatte, j'ai envie de la goûter, de la sentir, de remplir ma bouche... Ses mains se glissent sous ma robe, caressent mes fesses, appuient sur ma chatte. Collée contre la porte de cette chambre d’hôtel, je sentais mon clitoris se gonfler, il baisait ma bouche sans réellement m'embrasser. Je posais mes mains sur son jeans, je sentais son sexe bandant.
Baise-moi... -Salope, tourne-toi.
Il me traina vers le lit,  s'accroupit à hauteur de ma chatte, glissa sa tête son robe, je le sentais humer ma chatte, ses mains empoignaient mes fesses, il fît glisser ma culotte, une fois retirée, il m'ordonna de me mettre à quatre pattes sur le lit, il remontait ma jupe, écarta un peu plus mes jambes... Ma chatte découverte, offerte... Il posa sa langue. 
Il me léchait avec gourmandise, il suçait mes lèvres, mon clitoris, enfonçait sa langue. C'était bon. Sur sa langue humide se répandait les sécrétions de mon excitation. Je sentais mon utérus se contracter, je sentais naître dans le bas de mon ventre mon orgasme à venir... Sa tête se plaçait un peu plus sur ma chatte, sa langue remontait entre mes fesses, je sentais sa langue parcourir mon anus... C'était merveilleux. Sa langue dans ma chatte, il glissa un doigt entre mes fesses. Le plaisir était grand, si grand que j’eus le sentiment d’être prise entre deux hommes.
Baise-moi... J'ai envie de sentir ta bite au fond de moi. -Non, j'ai envie de t'entendre jouir sur ma langue...
Je m'allongeais, jambes écartées, sa bouche telle une ventouse sur ma chatte, je me laissais aller. J'ai aimé sentir sa main posée sur le haut de mon pubis pour accompagner mes spasmes orgasmiques.
A-t-il perçu le torrent de plaisir qu'il venait de m'offrir. 
Il dégrafa son pantalon, toujours à plat ventre sur le lit, j'écartais mes jambes, cambrais mon bassin, il pénétra ma chatte et s’effondra presque aussitôt. 


25 février 2015

Il était temps...


24 février 2015

On a Tous 50 Nuances Dans Nos Vies...

Ou peut-être pas... 
Je n'ai réellement lu le livre, je me suis limité à quelques pages jusqu'au terrible "je ne fais pas l'amour, je baise... Brutalement"... Puis, j'ai eu bien de mal à poursuivre.

Le SM est comme une curiosité pour moi, je m'en excite peu, je m'en dégoute peu... Je ne me branlerais pas devant des fesses rouges, mais je jouirais face à un homme dominant, froid et distant sans qu'il n'ait à me toucher. Dans mon imaginaire, je le baise! Je le soumets à mes plaisirs. J'aime inverser les rôles... Jouer avec le feu sans forcément y mettre la main, je garde ma bonne distance.
Le film, je voulais le voir, voir l'allure que prendrait Christian à l'écran...
Nous sommes au premier jour de la projection, une salle remplie de jeunes femmes, voire de très jeunes femmes... Mon Christian homme m'accompagne, lui qui aime baiser brutalement et qui des fois me murmure que j'aime quand ça fait mal* est assez amusé de voir autant de femmes.
Lorsque la fin sonne, je suis stupéfaite! Suis-je devenue au fil des années assez rabat-joie? Suis-je si vieille que ça?! Dieu que c'est creux et surfait, un curieux mélange.

Le rythme est lent... Très lent. C'est plus une douce romance.

Au final... Je ne suis pas prête de prendre du plaisir à me faire fouetter!

Bah oui, elle en a pleuré! (Et je n'attendrai pas de connaître la suite!)


*Faux, lui aime claquer les fesses, et ce convainc que l'autre prend du plaisir... Nuances. ^^

16 novembre 2014

Badinons... Rions!

- Hôtel "trucmuche" bonjour... 
- Bonjour madame, je souhaiterais savoir si vous avez des chambres de disponibles...
- Pour quelle date madame?
- Aujourd'hui.
- Pour une nuit?
- Heuu... En fait, c'est juste pour quelques heures dans la journée... Faites-vous...Heuuu?
- Ah! Heuuu... Vous louerez la chambre pour la nuit, mais je vous fait un tarif... Vous arrivez à quelle heure?
- Dans... Mmm, Nous sommes juste à côté... Dans 5 min.

[Nous partageons un rire gênés...]

- Ok, alors qu'est-ce qu'il me reste... Mmmm... Heuuu.... Alors, alors... C'est pour une personne?

  O_o

Je ne savais qu'il m'était possible de réserver une chambre entre midi et deux pour une petite branlette solitaire!!




8 octobre 2014

L'Automne...

Si les corps dénudés excitent plus de monde l'été, moi c'est l'automne et l'hiver où ma libido est au plus haut... Ce temps gris et pluvieux est sujet à tous les fantasmes. J'ai envie d'un rendez-vous . J'ai envie de porter quelques coups à la porte d'une chambre d'hôtel et d'être délicieusement baisée. Sentir son souffle, ses caresses, sa bite gonflée... Baiser sa bouche, caresser sa nuque, ses cheveux, ses fesses.... Lécher sa bite, son scrotum, ses fesses... Et l'entendre... L'entendre m'ordonner d'écarter mes jambes... L'entendre me chuchoter des cochoncetés... Salope! 
Je veux être sa salope d'entre deux rendez-vous. J'en jouis déjà.
Le drame. C'est qu'à priori personne ne m'attends derrière cette porte. 

Je veux bien m'offrir à toi... Et toi, et à toi aussi. 

 

10 septembre 2014

Gleeden ou La Décadence!

L'infidèle que je suis se morfonds devant de telles publicités! Je la trouve insultante! Si j'avais eu un compte Gleeden, croyez-moi illico presto je l'aurais supprimé. Point.

Ce jeu de mot sur le bénéfice du service rendu à la personne, me fait penser au petit sourire mesquin que les proxénètes affichent en parlant de leurs "affaires".  Qui remercie t-on exactement? Toutes ces femmes qui se prostituent gracieusement? Ou tous ces actionnaires d'hommes qui n'auront jamais suffisamment d'audace à réclamer leur dividende?
L'infidèle que je suis se morfonds de voir la décadence de la société dans laquelle vivront nos enfants... Si l'infidélité a toujours existé depuis la nuit des temps, je me désole de la voir mise sur un piédestal. Paradoxe de notre société, si certain, milite pour le mariage pour tous... Dans le même temps, d'autres réfléchissent sur les possibilités de bien vivre une infidélité. Il faudra sans doute penser à la nécessité de noter également sur sa liste de mariage: "Pass illimité Gleeden"... Pour montrer que l'on est bien dans notre temps!
Tristesse.
Vous, femmes qui êtes inscrites sur ce site, vous devriez créer un collectif, et démontrer que vous méritez une rétribution... Je ne sais si vous entrevoyez la subtilité de ce site, mais si aucune femmes ne venait à s'inscrire... C'est la faillite! Alors quitte à ce qu'on se serve de vos fesses pour ce payer d'énormes panneaux publicitaires, je pense qu'il va de soit que vous en partagiez les bénéfices... Les hôtels, l'esthéticienne, la lingerie voire les mensonges (prendre une demie-journée de repos!) ont un coût! Allez, secouez-vous!
Et vous messiers, considérez-vous comme des actionnaires, vous investissez votre argent, demandez- y le partage des bénéfices...
Et zut! Créez-vous une compte twitter, une page facebook, ou un blog, vous verrez il vous sera plus facile de péchô sans grand effort... Avec pour bonus des hommes/femmes qui essaieront de vous séduire. Et si c'est très compliqué, écrivez votre petite annonce et je me ferais un plaisir de la publier ici, et de le faire suivre sur tous les réseaux sociaux! Alors on se lance? Un jour...Un profil

Même si je suis entièrement d'accord que l'amant est un bon antidépresseur, Gleeden à juste oublié une précision...

Jusqu'à ce que une IST vous apprivoise!*




Gleeden s'engage à notre en charge les frais?

29 août 2014

L'inattendu...

Il s'est approché de moi, nu, la bite bien dressée, ses yeux dans les miens, sans un mot, il dégrafa mon chemisier, sorti mes seins qu'il caressa aussitôt avec sa langue, je sentais doucement ma chatte se contracter, sa langue sur mes seins attisait ce début de plaisir, je posais ma main sur sa nuque, le caressant lentement...
Mes seins entre ses mains, il les prenait tour à tour en pleine bouche...Excitant. Mon souffle grandissait... Puis en se faufilant dans le creux de mon cou, une de ses mains sur ma jambe se glissait sous ma jupe, il remonta ma cuisse pour atteindre mes fesses, qu'il malaxa grossièrement...Jupe relevée, dos contre mur, sa bite raide se glissa entre mes jambes, j'enserrais mes cuisses sur elle, j'appuyais ma chatte sur elle, j'étais bien humide... Il me pénétra à travers le fin tissu de ma culotte, puis il ressorti, ma culotte était bien trempée... Ses doigts prirent le relais, il tira ma culotte sur le côté, se fraya un passage entre mes lèvres intimes et s'introduit dans ma chatte, il me branla quelques instants, je sentais mes secrétions se couler le long de ses doigts, nos bouches accolées, il continuait à caresser ma chatte vigoureusement puis, retira ses doigts qu'il enfoui dans ma bouche, rapprochant ses lèvres des miennes, nous léchions tous deux...
L'odeur qui s'en dégageait associée au goût porté à nos lèvres nous excita un peu plus, c'est alors qu'il remonta ma jupe, retira ma culotte, corps contre mur, jambes relevées, il me baisa... Profondément.


Source Image