16 novembre 2014

Badinons... Rions!

- Hôtel "trucmuche" bonjour... 
- Bonjour madame, je souhaiterais savoir si vous avez des chambres de disponibles...
- Pour quelle date madame?
- Aujourd'hui.
- Pour une nuit?
- Heuu... En fait, c'est juste pour quelques heures dans la journée... Faites-vous...Heuuu?
- Ah! Heuuu... Vous louerez la chambre pour la nuit, mais je vous fait un tarif... Vous arrivez à quelle heure?
- Dans... Mmm, Nous sommes juste à côté... Dans 5 min.

[Nous partageons un rire gênés...]

- Ok, alors qu'est-ce qu'il me reste... Mmmm... Heuuu.... Alors, alors... C'est pour une personne?

  O_o

Je ne savais qu'il m'était possible de réserver une chambre entre midi et deux pour une petite branlette solitaire!!




8 octobre 2014

L'Automne...

Si les corps dénudés excitent plus de monde l'été, moi c'est l'automne et l'hiver où ma libido est au plus haut... Ce temps gris et pluvieux est sujet à tous les fantasmes. J'ai envie d'un rendez-vous . J'ai envie de porter quelques coups à la porte d'une chambre d'hôtel et d'être délicieusement baisée. Sentir son souffle, ses caresses, sa bite gonflée... Baiser sa bouche, caresser sa nuque, ses cheveux, ses fesses.... Lécher sa bite, son scrotum, ses fesses... Et l'entendre... L'entendre m'ordonner d'écarter mes jambes... L'entendre me chuchoter des cochoncetés... Salope! 
Je veux être sa salope d'entre deux rendez-vous. J'en jouis déjà.
Le drame. C'est qu'à priori personne ne m'attends derrière cette porte. 

Je veux bien m'offrir à toi... Et toi, et à toi aussi. 

 

10 septembre 2014

Gleeden ou La Décadence!

L'infidèle que je suis se morfonds devant de telles publicités! Je la trouve insultante! Si j'avais eu un compte Gleeden, croyez-moi illico presto je l'aurais supprimé. Point.

Ce jeu de mot sur le bénéfice du service rendu à la personne, me fait penser au petit sourire mesquin que les proxénètes affichent en parlant de leurs "affaires".  Qui remercie t-on exactement? Toutes ces femmes qui se prostituent gracieusement? Ou tous ces actionnaires d'hommes qui n'auront jamais suffisamment d'audace à réclamer leur dividende?
L'infidèle que je suis se morfonds de voir la décadence de la société dans laquelle vivront nos enfants... Si l'infidélité a toujours existé depuis la nuit des temps, je me désole de la voir mise sur un piédestal. Paradoxe de notre société, si certain, milite pour le mariage pour tous... Dans le même temps, d'autres réfléchissent sur les possibilités de bien vivre une infidélité. Il faudra sans doute penser à la nécessité de noter également sur sa liste de mariage: "Pass illimité Gleeden"... Pour montrer que l'on est bien dans notre temps!
Tristesse.
Vous, femmes qui êtes inscrites sur ce site, vous devriez créer un collectif, et démontrer que vous méritez une rétribution... Je ne sais si vous entrevoyez la subtilité de ce site, mais si aucune femmes ne venait à s'inscrire... C'est la faillite! Alors quitte à ce qu'on se serve de vos fesses pour ce payer d'énormes panneaux publicitaires, je pense qu'il va de soit que vous en partagiez les bénéfices... Les hôtels, l'esthéticienne, la lingerie voire les mensonges (prendre une demie-journée de repos!) ont un coût! Allez, secouez-vous!
Et vous messiers, considérez-vous comme des actionnaires, vous investissez votre argent, demandez- y le partage des bénéfices...
Et zut! Créez-vous une compte twitter, une page facebook, ou un blog, vous verrez il vous sera plus facile de péchô sans grand effort... Avec pour bonus des hommes/femmes qui essaieront de vous séduire. Et si c'est très compliqué, écrivez votre petite annonce et je me ferais un plaisir de la publier ici, et de le faire suivre sur tous les réseaux sociaux! Alors on se lance? Un jour...Un profil

Même si je suis entièrement d'accord que l'amant est un bon antidépresseur, Gleeden à juste oublié une précision...

Jusqu'à ce que une IST vous apprivoise!*




Gleeden s'engage à notre en charge les frais?

29 août 2014

L'inattendu...

Il s'est approché de moi, nu, la bite bien dressée, ses yeux dans les miens, sans un mot, il dégrafa mon chemisier, sorti mes seins qu'il caressa aussitôt avec sa langue, je sentais doucement ma chatte se contracter, sa langue sur mes seins attisait ce début de plaisir, je posais ma main sur sa nuque, le caressant lentement...
Mes seins entre ses mains, il les prenait tour à tour en pleine bouche...Excitant. Mon souffle grandissait... Puis en se faufilant dans le creux de mon cou, une de ses mains sur ma jambe se glissait sous ma jupe, il remonta ma cuisse pour atteindre mes fesses, qu'il malaxa grossièrement...Jupe relevée, dos contre mur, sa bite raide se glissa entre mes jambes, j'enserrais mes cuisses sur elle, j'appuyais ma chatte sur elle, j'étais bien humide... Il me pénétra à travers le fin tissu de ma culotte, puis il ressorti, ma culotte était bien trempée... Ses doigts prirent le relais, il tira ma culotte sur le côté, se fraya un passage entre mes lèvres intimes et s'introduit dans ma chatte, il me branla quelques instants, je sentais mes secrétions se couler le long de ses doigts, nos bouches accolées, il continuait à caresser ma chatte vigoureusement puis, retira ses doigts qu'il enfoui dans ma bouche, rapprochant ses lèvres des miennes, nous léchions tous deux...
L'odeur qui s'en dégageait associée au goût porté à nos lèvres nous excita un peu plus, c'est alors qu'il remonta ma jupe, retira ma culotte, corps contre mur, jambes relevées, il me baisa... Profondément.


Source Image

28 août 2014

Badinons... Aimons.

Les vacances! Il y a du bon dans les vacances... Cet été, un petit coin de France à fait mon bonheur, j'ai retrouvé de douce sensation d'antan! J'ai eu un coup de foudre!
C'est un peu compliqué à comprendre pour l'éternelle amoureuse que je suis... Mais Dieu que ce fut bon de me sentir foudroyée au détour d'une allée de marché, de poser mes yeux sur un homme et de sentir mon cœur bondir! Un saulnier... Mon beau saulnier... 
Et pourtant rien ne présageait que j'allais ressentir ce doux frissons alors que j'étais concentré sur son présentoir à choisir le sel qui accompagnerai le mieux mes petits plats, je l'entendais discuter avec d'autres clients de son travail, de ses choix d'épices, de son île... Puis, j'ai levé enfin les yeux pour lui tendre mes choix et là.... Boum. Il était simplement magnifique. Que c'est bon de se sentir frêle... Je me suis souvenue que j'aimais cette sensation, ce tout premier frisson qui nous invite à entrer dans la séduction... Mais, discrète que je suis... Oui,oui, je suis discrète... Plus, lorsque mon cœur s’emballe, j'avoue tout de même, alors qu'il argumentait sur ces produits, une petite seconde, je nous ai vu nus sur son bateau, la mer agitée, nos corps emmêlés. Plus, il parlait, plus je émerveillais, il en a déduit que j'étais sublimée par son sel, il m'en a offert quelques uns (j'étais partie pour prendre tout le stock!)...

Le sentiment amoureux est une drogue des plus agréable et merveilleuse qui puisse être, aussi  le lendemain, parce qu'il m'avait laissé entendre qu'il serait présent une nouvelle fois sur le marché, je me suis installée sur la terrasse d'un café avec vue sur mon beau saulnier pour m'amouracher un peu plus... Les pieds nus, cheveux longs et barbe de trois/quatre jours, un mélange qui habituellement ne me séduit pas, mais pas du tout! Je déteste la barbe... Et là j'étais rêveuse. Je suis repassée devant lui, nous avons discuté de quelques banalités puis... Je suis rentrée de mes vacances heureuse et légère.
Non, je ne l'ai pas baisé. Mais bordel, que c'est bon de repenser à lui et d'avoir ce petit sourire niais. J'aime l'idée de l'aimer ainsi mon beau saulnier. Qui sait peut-être qu'un jour je le croiserai à nouveau sur son île, et je lui dirais... "Quel heureux hasard!" ^^  Ou peut- être je lui dirai... "Je vous aime..."
Je t'aime... 
L'état amoureux...Un état qui nous fait grand bien. Et qui fait peur à la fois, personnellement je suis assez à l'aise avec ce sentiment, je pourrai baiser avec un parfait inconnu et lui susurrer un "je t'aime" au moment de mon orgasme... Oui, à cet instant là, cœur explosant sous ma poitrine, chatte frémissante, il est l'homme que j'aime, que je serre fort dans mes bras... Un "je t'aime" sans aucune arrière pensée, un "je t'aime" parce que oui, je l'aime en cet instant... Ce "Je t'aime" n'est pas un engagement a lier nos vies par quelconque mariage ou je ne sais quoi... Certainement à lier nos sexes encore et encore, et encore, peut-être pas.  
Je me suis souvenue de Solange et de sa vidéo. Une vidéo qui m'avait fort plaisir, parce que ce petit bout de jeune femme exprimait tout simplement des choses que je n'avais réussi à expliquer à bons nombres de gens, comme à ce jeune homme à l'allure insipide qui se sentait mal aimé et qui au détour d'une de nos conversations j'avais laissé échapper, un fort attachement pour lui, il le vécu comme si un grand malheur allait s'abattre sur lui. ^^ Plus tard, je compris qu'aimer était synonyme pour lui, d'amour éternel, que le moment ponctuel ne pouvait exister. Aujourd'hui lorsqu'il m'écrit et que je ne suis pas d'humeur*, je bredouille quelques mots et signe... Je t'aime. Effet garanti, il se refermera telle une huitre durant quelques jours...Je suis vilaine, je sais, et pourtant, oui, sous son allure de pauvre malheureux, je l'aime bien mon harcelé. 
Je suis rentrée des vacances reposée et légère.

Si seulement, je pouvais être audacieuse et écrire à mon beau saulnier pour lui dire 
Ô combien, l'espace d'une matinée, je l'ai aimé.
 Je l'aime mon saulnier!


*Ne chercher pas...^^

3 août 2014

Chut...Ne Le Dis à Personne...

Dans la chaleur humide du Hammam, je me suis caressée en pensant à toi...

Nue, mes fesses posées sur ma serviette j'ai relevé et écarté grandement mes jambes sur le banc... Ma chatte découverte et ouverte, je me suis caressée, d'abord les grandes lèvres, puis les petites, j'ai glissé un doigt dans ma chatte, c'était doux... Je t'ai imaginé à mes pieds, léchant ma chatte avec gourmandise, je t'ai senti la claquer, je l'ai claqué... Ce fut bon.
Mon corps ruisselant, ma chatte trempée, grandement ouverte... J'ai glissé deux doigts au plus profond de moi... Je l'ai masturbée avec force...

Face à la porte d'entrée, j'ai eu des envies perverses lorsque j’apercevais des ombres d'hommes et femmes rejoignant la piscine... J'eus envie que l'un d'eux ouvre et me surprenne gémissant de plaisir. J'ai jouis très fort... 
Puis, j'ai continué, je me suis mise à quatre pattes, fesses à l'air, je t'ai vu me baisant telle une salope, j'étais ta salope... J'ai senti tes mains sur mes fesses, ta bite en moi... Je t'ai senti frottant tes reins entre mes fesses...

Un moment tu as sorti ton sexe et seul ton gland chatouillait mes lèvres....Ton gland frottant ma chatte délicatement jusqu'à ce que tu jouisses en l'arrosant... Puis, je t'ai vu l'embrasser délicieusement... J'ai plaqué mes fesses plus fort sur ton visage...
J'ai jouis une nouvelle fois...
J'ai aimé la salope que j'étais ce matin.

28 juillet 2014

James Joyce.

Il est huit heures du matin, je traîne dans mon lit... Nue sous mes draps, je me décide enfin à suivre ce lien qu'il m'avait adressé depuis plusieurs jours, la lettre, je l'avais lu, assez rapidement, et là, j'allais l'écouter. Écouteurs enfouis dans mes oreilles, je me laisse aller...
DÉROUTANTE. Point d'excitation, je suis sublimée...Transportée.
  

 

"...Sois ma putain, ma maîtresse, autant qu’il te plaira
 (ma petite maîtresse branleuse ! ma petite putain à baiser !)
 tu es toujours ma splendide fleur sauvage des haies,
 ma fleur bleu-nuit inondée de pluie." James J.