28 novembre 2012

Aliénation Sexuel.

Le sexe m'aliène. Totalement.

C'est le triste constat que j'ai pu faire alors que je suis dans une période où je fantasme plus mes futurs rendez-vous interdits que je ne les vis. Cette conclusion est arrivée  alors que je me disais qu'il était peut-être temps que je découvre le "triolisme"... Deux hommes et moi.

Quoi de plus excitant que de profiter deux corps, que de sucer deux sexes bandants , sentir son corps entier être léché, sucé et comprimé de part et d'autre. Le plaisir doit être déclupé. Lorsque j'y pense un sourire de très grande satisfaction illumine mon visage et ma chatte se remplie... Et...La seconde d'après j'angoisse. Le fait est que je ne sais pas  "purement baiser".

Je ne sais comment définir ce terme. Est-il que si je venais baiser avec vous cher lecteur, vous en serez surpris, pas dans l'action, non, dans le moment vous apprécierez, énormément... Je suis... Explosive...Gourmande... Forte et tendre (trop) et extrêment bavarde. Si encore mon bavardage se limitait à des mots cochons, cela resterait acceptable. Bah, non! Lorsque je prends du plaisir, mon cerveau se  retourne et je suis littéralement sous l'emprise de mon plaisir... Mon donneur de plaisir devient mon plus grand "amour"... Je le couvre de compliments des plus incroyables... Je lui parle de sa bite comme pas possible, le bien que cela me procure est mise en mot... C'est limite si au moment de l'orgasme je ne lui hurle pas un "Je t'aime". Dans tous les cas, je n'ai pas besoin de le dire, pour sentir mon partenaire troublé, et convaincu que je suis folle éprise de lui à la fin. C'est assez gênant, j'avoue. Encore plus lorsqu'on est de simple amant. S'il me fallait faire un parallèlle, je ferais le même par rapport a mon ressenti lorsque je découvre une nouvelle table... Je suis une gourmande, donc lorsque je suis conquise par la cuisisne du chef, je suis prise par une folle envie de "l'embrasser avec gourmandise", l'explosion de mes papilles est aussi détonnant que celle de ma chatte.  Le plaisir me rend folle. J'ai besoin de dire mon plaisir, de l'exprimer par le toucher, le regard... De mettre sur un piédestale mon faiseur de plaisir. Puis je deviens accro.

Aussi, lorsque James me sous-entendais un trio, mon premier reflexe fut de dire non. Non, pas parce que cela ne me tentait pas, mais non, parce que je ne saurais faire. Puis un jour, je lui ai dis "ne pas savoir baiser"... Je sais fort bien qu'il n'a pas saisi le sens de mes mots... Il me pense romantique, rêveuse, ne baisant jamais sans sentiments... Pourtant le drame... C'est que le sexe me rend folle dingue... Une belle enjambée a des conséquences effroyables sur moi, j'en redemande encore et encore. Je n'ose imaginer sa surprise lorsqu'il m'entendra dire à parfait inconnu au moment où ce dernier me pénétrera "Oh! Quelle est belle ta bite..."  un " j'aime ta bite." où me voir l'embrasser langoureusement, me blottir entre ces bras, lecher chaque parcelle de son corps, je n'ai aucune limite. Mon lâcher prise est extraodinaire, j'arrive à me surprendre. Personnellement, je n'aimerais pas assister à une telle scène.

J'ai beau l'exprimer, on ne peut s'en prémunir. Je perd toute notion de pudeur ou de reserve, ma langue ne se gêne pas de parcourrir chaque recoin, je prend ausi facilement un pied en bouche que ma langue se glisse son aucune honte entre une paire de fesses... De l'aliénation... Aliénation parce que les suites sont aussi éttonnantes, j'en deviens tellement addict et si fidèle que mon amant peut tout me demander, de la soumise à la dominatrice, toutes ses perversions deviennent possibles, c'est encore mieux, plus excitant pour moi.

Je m'aliène sans doute parce que dans le fond... J'aime simplement le sexe, je l'aime tellement que j'en perds la tête. L'idéal serait donc que je soummette mes hommes à mon seul plaisir...

Que je reprenne le dessus!